Salarié viré de TF1 : après l'email, la riposte contre la chaîne

Après un mail d'avertissement 93
Jérôme Bourreau-Guggenheim passe finalement à l’attaque : le salarié viré de chez TF1 après dénonciation du ministère de la Culture vient de déposer plainte hier contre son ex-employeur pour « discrimination en raison des opinions politiques. » L’information a été révélée par Libération.

TF1


Ce cadre de TF1, âgé de 31 ans et responsable de la politique innovation web chez TF1, avait écrit à la députée de sa circonscription, Françoise de Pannafieu pour exposer dans un email privé, les points qu’il jugeait critiquable dans le projet création et internet (Hadopi). En plein débat parlementaire, la députée n’avait rien trouvé de mieux que de forwarder l’e-mail au Ministère de la Culture. C’était « pour obtenir des informations techniques » justifia Albanel alors ministre de la Culture. Explications différentes de Pannafieu : « devant les arguments donnés par son auteur, je l'ai transféré au ministère de la Culture, un peu à titre d'exemple, et cela, le 19 février dernier, en suggérant qu'on s'en inspire pour établir une sorte de contre-argumentaire à l'intention des députés du groupe ». Méli-mélo.
  
Le fameux e-mail fut finalement retourné à la direction de TF1. C’est Christophe Tardieu, directeur adjoint du cabinet de Christine Albanel, qui s’est chargé de cette noble tâche (sur les gentils conseils d’un très proche collègue, selon nos sources internes). Il accompagnait la missive d’un missile : «Bonjour Jean-Michel, vous avez des salariés qui, manifestement, aiment tirer contre leur camp. Cordialement » (message adressé à Jean-Michel Counillon, secrétaire général et directeur des affaires juridiques de la chaîne.)

On connait la suite : TF1 décidait de virer son cadre. Les explications de la chaîne étaient simples : « le Groupe TF1 a toujours manifesté une position de soutien au projet de loi " Création et Internet " HADOPI pour mettre en place un système de réponse graduée contre le piratage. TF1 est le seul groupe audiovisuel à avoir engagé des procédures contre le piratage de ses œuvres et pour défendre la création et la production françaises ainsi que les intérêts des ayants droit. C'est dans ce contexte que les prises de position particulièrement radicales exprimées publiquement à plusieurs reprises, en cette qualité, par le Responsable du Pôle Innovation Web de TF1, ont conduit l'entreprise à se séparer de ce responsable pour deux raisons : elles sont contraires aux déclarations officielles du groupe TF1, notoirement en faveur de cette loi, elles sont incompatibles avec ses responsabilités au sein d'e-TF1, filiale du groupe en charge, également, de la lutte contre le piratage sur internet ». TF1 déplorait « d'avoir été contrainte de mettre sur la place publique une décision qui concerne l'un de ses collaborateurs dans une affaire strictement interne ». Elle ne « déplorait » pas qu’un email privé puisse subir une telle partie de ping-pong.

Nonce Paolini, PDG de TF1, risque trois ans de prison et 45.000 euros d’amende, selon Libé. Depuis Tardieu a disparu des cadrans, et le conseiller juridique d'Albanel, Olivier Henrard, a pris sa place comme directeur adjoint. Une promotion.
Par Marc Rees Publiée le 30/06/2009 à 14:51