L'architecte d'Hadopi, directeur adjoint du cabinet de Mitterrand

Merci cricri 88
Olivier Henrard, était le conseiller juridique, au cabinet de Christine Albanel, alors ministre de la Culture et de la Communication. Il était chargé des questions liées à l’industrie culturelle et de la propriété intellectuelle et est ainsi considéré comme l’un des architectes du projet de loi Création et Internet, projet pourtant décapité partiellement devant le Conseil constitutionnel.

Christine Albanel Henrard Karoutchi

Dans un e-mail adressé à sa liste de contact, l’intéressé a informé qu’il restait en place Rue de Valois, confirmant les informations d’Électron Libre. Toutefois, Henrard ne reste pas dans la cellule juridique, mais occupera désormais le poste de Directeur adjoint au sein du cabinet de Frédéric Mitterand. Il gagne ainsi en grade.

Il prend pour l’occasion la place de Christophe Tardieu. Celui-ci était aussi derrière Christine Albanel dans l’hémicycle pour aider la ministre à se dépatouiller des questions trop gênantes. Toutefois, Tardieu avait vu son CV quelque peu terni par l’affaire TF1 : Jérôme Bourreau-Guggenheim, 31 ans, responsable de la politique innovation web chez TF1 avait écrit à la députée de sa circonscription, Françoise de Pannafieu pour exposer dans un email privé, les points qu’il jugeait mauvais dans le projet création et internet (Hadopi).

La députée n’avait rien trouvé de mieux à faire que forwarder le mail au ministère de la Culture officiellement, « pour obtenir des éléments techniques ». Là, Tardieu le transmit à son tour à TF1, précisément dans les mains de Jean-Michel Counillon, secrétaire général et directeur des affaires juridiques de la chaîne accompagné du petit message suivant « Bonjour Jean-Michel, vous avez des salariés qui, manifestement, aiment tirer contre leur camp. Cordialement ». La chaîne décida de virer son cadre sans plus attendre.
Par Marc Rees Publiée le 29/06/2009 à 08:40
Publicité