S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Hadopi : les dix propositions de Jacques Attali

Lhallali ?

Outre la lettre de Christian Paul qui préconise notamment la mise en place d’une ponction de 3 euros par abonnement pour financer la création, une autre contribution est à lire aujourd’hui. Cela se passe du Slate.fr cette fois et elle est signée Jacques Attali. Le personnage dresse dix propositions pour recadrer le débat. C’est à la fois simple, efficace et tranchant.

vote majoritée absolue députés HADOPI

Pour résumer, Jacques Attali explique qu’il ne faut pas avoir peur des changements techniques, « À chaque fois, il fut dit par des experts que tout cela conduirait au désastre pour les artistes. À chaque fois, ils ont su en tirer le meilleur, pour créer autrement et se faire mieux connaître ». Il est donc nécessaire de tuer les contrevérités qui sont déversées, et ce, à l’aide de ces propositions.

Nous ne les déroulerons pas toutes ici, nous vous invitons à lire le papier publié par Slate. Mais signalons quelques bonnes phrases. « La gratuité d'un service pour le consommateur n'entraîne pas nécessairement la non-rémunération du producteur du service. La gratuité pour le consommateur d'un service est l'expression de sa socialisation, pas de l'exploitation du travail de son producteur. Le contribuable paie le professeur ou le policier, qui ne travaillent pas gratuitement ; la publicité paie les gens qui travaillent à la radio ou à la télévision et qu'on écoute gratuitement. En particulier, le musicien ou le cinéaste est, à la radio ou à la télévision rémunéré par d'autres que ceux qui l'écoutent. Et les artistes n'ont pas à s'offusquer de ne pas être payés directement par ceux qui trouvent de l'intérêt à leurs œuvres ».

Ou encore cette proposition selon laquelle « Le téléchargement gratuit est, en soi, un facteur de développement de l'économie de la musique et du cinéma. Les gens qui téléchargent sont les mêmes qui achètent et qui vont au concert. Comme c'est le cas, depuis un siècle, avec la radio. Une étude récente montre même que ceux qui téléchargent, regardent ou écoutent le plus en streaming sont ceux qui, ensuite, achètent le plus de CD ou de DVD ».

Attali revient une nouvelle fois sur cette idée de licence globale, qui donne des boutons à Albanel, alors que la Hadopi étant d’ores et déjà dépassée notamment en raison du basculement au streaming. « Les majors, qui ont déjà compris que la loi Hadopi ne marchera pas, sont en train de mettre en place la licence globale, à leur seul profit, en se préparant à offrir des abonnements spécifiques sur internet qui permettront d'avoir accès à la totalité de leur catalogue, pour un prix forfaitaire, sans que chacun paie pour le film ou la chanson qu'il télécharge. C'est exactement la licence globale, qu'ils font semblant de refuser par ailleurs. Les artistes en seront écartés, s'ils ne sont pas dans ces catalogues. Et même s'ils y sont, ils n'en auront que les miettes ».
Publiée le 27/04/2009 à 18:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;