Intel Moblin : les grandes ambitions d'Intel dans le monde Linux

Une future référence ? 53
Dire qu’Intel s’intéresse à Linux n’est pas vraiment une nouveauté. Le fondeur s’est depuis longtemps tourné vers une plateforme dont il sait qu’il peut la modeler à son image, en optimisant par exemple le code pour ses propres produits. C’est précisément le cas avec les processeurs Atom, ces puces qu’Intel a mis sur le marché pour dévorer le marché des netbooks. La firme a de grandes ambitions pour son système nommé Moblin.

Moblin est donc la distribution Linux maison. Basée initialement sur Fedora, elle a été affinée avec le temps pour correspondre aux désirs d’Intel, avec en particulier certains critères très précis, dont le plus important est devenu le temps de démarrage. C’est ainsi que la firme était tout récemment au Linux Collaboration Summit qui s’est tenu à San Francisco. Imhad Sousou, directeur de l’Open Source Technology Center, a pris la parole pour expliquer la direction qu’allait prendre Moblin 2.

moblin moblin

Objectif : un démarrage en deux secondes

Plusieurs annonces majeures ont été faites. La première, et certainement la plus mémorable durant la conférence, était l’ambition de parvenir à un temps de démarrage (boot) de deux secondes. À peine deux petites secondes pour arriver jusqu’à l’interface graphique et utiliser le système. Imhad Sousou pense que la chose est possible, mais s’est montré prudent.

Il existe en effet différents moyens de parvenir à ce résultat. Mais il a indiqué qu’il ne fallait surtout pas confondre les moyens et les buts. Si le but est d’atteindre un temps de deux secondes pour le démarrage, alors un bon moyen d’y parvenir est la parallélisation du chargement des composants. On a beaucoup parlé de cette dernière pour Windows 7, Microsoft ayant décidé de charger justement les pilotes de manière parallèle et non plus séquentielle. Mais le directeur met en garde, car la parallélisation est bien un moyen, non un but : « Un bazar parallélisé reste un bazar ».

Si Intel veut tant parvenir à un temps de démarrage aussi raccourci, c’est que le destin de Moblin pourrait être très ambitieux. La firme pense notamment aux voitures, et à tous les équipements où un ordinateur pourrait être mis en place, à condition que l’utilisateur n’attende que très peu de temps.

La gestion du projet confiée à la Linux Foundation

L’autre grand changement, qui a d’ailleurs été annoncé au début du mois, est la passation du pouvoir d’Intel à la Linux Foundation pour le pilotage du projet. La société travaille donc toujours dessus, mais la Linux Foundation en assure maintenant la visibilité au sein de la communauté des développeurs, en expliquant notamment ses objectifs et ses capacités. Une décision aussi pratique que politique.

Enfin, Intel s’est exprimé sur les interfaces graphiques présentes dans les solutions mobiles. Le fondeur n’est pas satisfait de ce que l’on trouve actuellement dans les possibilités offertes par les systèmes classiques. Pour la firme, les technologies du Web ou proches du Web ont beaucoup d’intérêt. C’est ainsi qu’elle a racheté la société OpenHand l’année dernière, et possède donc maintenant son infrastructure open source de canevas Clutter. Intel compte bien l’utiliser et la mettre en avant pour participer à la conception d’interfaces dynamiques, graphiquement accélérées et visuellement attractives et douces pour l’utilisateur.

Tout est encore en travaux, et Moblin 2 n’a été montré à la conférence qu’en version alpha. Cela étant, et avec la force que peut y mettre Intel, il y a de fortes chances que la plateforme attire de nombreux projets satellites ainsi que l’affection des développeurs. Dans les années à venir, il se pourrait bien que l’on voit débarquer Moblin dans une foule d’appareils.
Publiée le 10/04/2009 à 16:32 - Source : Ars Technica
Publicité