Cali : « Les producteurs se font des marges énormes »

Sigle en 3 lettres interdit dans les commentaires 195
Invité samedi soir sur France 5 au magazine Chez F-OG, animé par Franz-Olivier Giesbert, Cali a frappé un grand coup, à deux jours de la reprise des débats sur le projet de loi Création et Internet, où la Hadopi et la riposte graduée seront particulièrement discutées.

Réagissant à un mini-reportage sur l'utilité de cette future loi et sur le téléchargement, Cali s'est semble-t-il désolidarisé des fameux 10 000 artistes pro-Hadopi. En quelques minutes, Cali a ainsi traité des prix, de la TVA, des majors, des magasins, des faibles revenus des artistes, et du téléchargement illégal, même si sur ce dernier point, la position de Cali n'est pas particulièrement explicite, contrairement aux artistes anglais anti-riposte graduée. On se rappellera cependant que Cali fait (ou faisait ?) partie des 52 artistes soutenant ladite riposte.

« Télécharger, il faut pas le faire, évidemment, on a besoin de ça, ce sont nos revenus... Mais je tiens à dire quand même que le disque est trop cher, quoi qu'il arrive. Il faut baisser la TVA, il faut réguler les prix, les magasins font ce qu'ils veulent. Il faut quand même qu'on fasse le ménage chez nous. On ne peut pas traiter de voleur un jeune qui télécharge, alors que nous sommes d'abord les voleurs. On met les disques trop chers aujourd'hui. Et je crois que quand on dit que les artistes ne pourront plus travailler... même si je suis chanteur je mets un bémol, nos producteurs de disques se font des marges énormes, et nous, ce que nous récoltons des fruits de nos chansons, c'est quand même très très minime. Après, évidemment, il faut se battre, il ne faut pas télécharger illégalement. »


Notez que plusieurs dizaines d'artistes de la musique et du cinéma soutiendront aujourd'hui le projet de loi Création et Internet, lors d'une rencontre avec la presse ce matin à 11h, au Foyer du Théâtre de l'Odéon (Paris VI).

Seront présents Jean-Jacques Annaud, Costa-Gavras, et Jean-Pierre Salomé pour le cinéma, la musique étant représentée par une trentaine d'artistes selon la SACEM, cette dernière ne précisant aucun nom.
Publiée le 30/03/2009 à 10:30 - Source : Read Write Web
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité