S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

La Chine n'a pas peur d'Internet, mais censure YouTube

Ouais, même pas peur mais restons prudents...

YouTube Quick CaptureGoogle, propriétaire de YouTube, vient de confirmer l'information : la Chine bloque bel et bien l'utilisation du service de vidéos depuis lundi et les techniciens de la firme travaillent d'arrache-pied pour parvenir à rétablir la situation. Toutefois, contacté par l'AFP, un porte-parole de l'ambassade chinoise à San Francisco n'a pas eu d'éléments à apporter à cette situation.

Si du côté de Reporters sans frontières, on condamne une censure rétrograde, on cingle également un comportement frôlant l'hypocrisie. « L'illusion d'ouverture donnée en août dernier pendant les JO de Pékin, lorsque quelques sites avaient été débloqués sous la pression des journalistes étrangers, s'est dissipée depuis longtemps. »

Officiellement, le gouvernement chinois aurait pointé une vidéo où l'on verrait un policier battre à mort un citoyen. Jugée inauthentique et mensongère, la sanction s'est immédiatement abattue par la fermeture du robinet à vidéos. Filmée voilà un an, il s'agirait d'un reportage amateur réalisé durant les émeutes et manifestations qui eurent lieu à Beijing en faveur du Tibet, le 14 mars 2008. Le gouvernement conteste bien évidemment tout à la fois les blessures reçues par la personne et son identité.

Cependant, l'organisation RSF profite de l'événement pour préciser que si YouTube est victime de l'omnipotence gouvernementale, il convient de ne pas « oublier que des milliers de sites internet chinois et étrangers sont régulièrement bloqués par un pays qui a mis en place un système très sophistiqué de contrôle et de surveillance du Net et qui est la plus grande prison du monde pour les cyberdissidents ».

Selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinoises, le monde se tromperait en considérant que le pays redoute la force d'Internet. Qin Gang estime même que c'est tout à fait l'inverse. Selon lui, les quelque 300 millions d'usagers du Net chinois doivent simplement obéir à un cadre légal d'utilisation, afin que l'on n'assiste pas à des actes de propagande dirigée contre le pays, comme ce serait le cas avec cette fameuse vidéo.

L'anniversaire de cette tragique manifestation qui se déroula l'an passé était cependant attendu et probablement faisait grincer des dents les dirigeants chinois. Selon un Néerlandais, qui a participé à la fondation du site Tudou.com, site similaire à YouTube, les raisons de ce blocage seraient toutefois à chercher ailleurs. Marc van der Chijs expliquait en effet à l'AFP que la version chinoise de YouTube, récemment lancée et permettant un accès plus simple aux internautes rendrait irritable le gouvernement.
Publiée le 25/03/2009 à 10:34

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;