S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Les artistes anglais ne veulent pas poursuivre les téléchargeurs

Non, directement la guillotine @ major

La Featured Artists' Coalition (FAC), regroupant de grands artistes anglo-saxons (notamment des membres de Radiohead, Blur, Pink Floyd, Travis, Klaxons, etc.), commence à s'agacer de la façon dont sont traités les Internautes téléchargeant illégalement de la musique. Selon The Independent, l'alliance a affirmé début mars que le public ne devrait pas être poursuivi pour télécharger illégalement de la musique sur Internet.

artistes interpretes protection durée 95 ansSimple effet de communication ou avis réellement franc ? Quoi qu'il en soit, voilà un discours qui tranche particulièrement avec celui des artistes français, à quelques exceptions près (Cerrone et Gilbert Montagné).

Selon The Independant, Billy Bragg, membre important de la FAC, a déclaré que la plupart des artistes ont voté contre toute tentative visant à criminaliser le téléchargement illégal de la musique. Une réponse aux récents propos de Lord Patrick Carter, qui avait soumis l'idée un peu plus tôt que les internautes s'adonnant au téléchargement illégal devraient aller devant les tribunaux.

« Si nous suivons l'industrie culturelle sur cette voie, nous ne ferons rien d'autre que de participer à un effort protectionniste. Cela revient à essayer de remettre du dentifrice dans son tube. Les artistes doivent être détenteurs de leurs propres droits, et doivent décider à quel moment leur musique peut être utilisée gratuitement, et à quel moment ils doivent être payés. »

D'après The Independent, les artistes souhaitaient dire à Carter : « Nous voulons nous ranger aux côtés du public, des consommateurs. (...) Il s’agit d’une période charnière pour l’industrie. De nombreux droits et sources de revenus sont tronqués, et nous avons besoin de faire entendre notre voix. Je pense que tous les intervenants principaux veulent entendre ce que nous avons à dire. »


Pour rappel, la FAC a été créée l'année dernière, elle a pour but de faire valoir ses droits et se faire entendre des majors et du gouvernement. Elle revendique :
  • Un engagement de l'industrie de la musique que les artistes doivent recevoir une compensation équitable à chaque fois que leurs partenaires économiques reçoivent une rémunération par l'exploitation de l'oeuvre des artistes.
  • Tous les transferts des droits d'auteur (copyright) devraient être réalisés sous forme de licence plutôt que par une cession, et limités à 35 ans.
  • Le droit de mise à disposition devrait être monétisé au nom de tous les auteurs et interprètes.
  • Les titulaires de droits d'auteur devraient être obligés de suivre une approche « utilises-les ou perds-les » concernant les droits d'auteur qu'ils contrôlent.
  • Les droits des interprètes doivent être les mêmes que ceux des auteurs (paroliers, compositeurs, etc.).
Brian Message, co-manager de Radiohead et Kate Nash, expliquait ainsi l'année dernière : « il est temps pour les artistes d'avoir une voix collective forte afin de défendre leurs intérêts. Le paysage numérique est en train de changer rapidement et de nouvelles offres naissent constamment, mais trop souvent sans référence aux personnes qui font la musique. Il suffit de regarder le récent mémorandum sur le partage de fichiers entre les maisons de disque, le gouvernement et les FAI. Les artistes n'étaient pas concernés. »
Publiée le 24/03/2009 à 14:53

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;