S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Frank Esser (SFR) ironise aussi sur l'innovation d'Orange

Orange, la nouvelle tête de Turc

Outre Free, par la voix de Maxime Lombardini, SFR n'a pas non plus apprécié les derniers propos de Didier Lombard, PDG de France Télécom (Orange), notamment concernant l'innovation et les produits/contenus exclusifs (iPhone, Orange Sport, etc.). Frank Esser, le patron de SFR, n'y va d'ailleurs pas avec le dos de la cuiller :

Free Xavier Niel SFR Frank Esser« L'iPhone, c'est une innovation, mais elle ne provient pas de France Télécom mais d'Apple. Et avoir une exclusivité sur cinq ans d'un produit qui marche bien, c'est exclure les concurrents et les clients. Quant aux contenus, il me semble qu'acheter les droits du foot et du cinéma, c'est une innovation à l'origine du modèle Canal+. »

Dans son entretien avec Les Échos, Frank Esser est aussi revenu sur ses investissements, qui devraient atteindre un niveau record en 2009 selon lui, soit plus d'1,3 milliard d'euros. Dans les détails, le PDG de SFR dévoile que 450 millions d'euros seront investis dans les trois ans à venir. Une somme loin d'être exceptionnelle, mais qui a une explication, qui se trouve dans un problème de concurrence entre les FAI alternatifs et Orange, d'où la fameuse plainte de Vivendi contre France Télécom déposée début mars.

« Aujourd'hui, le problème est que nous ne sommes pas à jeu égal avec France Télécom dans les réseaux fixes. (...) Pour louer son réseau de cuivre, France Télécom se base sur les coûts économiques courants pour facturer l'accès à ses concurrents. France Télécom reçoit des sommes d'argent qu'il est censé réinvestir dans son réseau de cuivre. Or ce n'est pas ce qu'il fait. Les 2 milliards d'euros de marges réglementaires qu'il a retirés de la location de son réseau de cuivre en 2007 ont été utilisés pour investir dans la fibre optique. »

Enfin, Frank Esser profite de son entretien pour remettre Free à sa place et lui rappeler combien il aura du mal à concurrencer les trois grands opérateurs de téléphonie mobile : « Nous ne comprenons pas comment Free compte diviser par deux la facture moyenne d'un ménage mais il appartient au nouvel entrant d'avoir un modèle économique crédible. Après, cela sera à nous de trouver une réponse pour attirer et fidéliser les clients. Avec notre réseau de 800 boutiques, la qualité de notre réseau et notre relation clients, nous avons une belle carte à jouer dans les services. »
Publiée le 16/03/2009 à 18:08

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;