Hausse de 8 % du cybersquatting en 2008, selon l'OMPI

C'est MA place ! 15
2008 a été l'année du cybersquatting estime l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, l'agence ayant enregistré un nombre croissant et record de plaintes avec une augmentation caractéristique, puisque 2329 plaintes ont été relevées.

Cela représente une hausse de 8 % par rapport à l'année 2007, rappelle l'OMPI, qui en dix années de recensement des cas de cybersquatting a référencé 14663 cas, portant sur 26262 noms de domaines.

Si les États-Unis d’Amérique, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suisse et l’Espagne sont les pays d'où partent les plaintes des requérants, les défendeurs proviennent des États-Unis d’Amérique, du Royaume-Uni, de Chine, d'Espagne, du Canada et de France. D'ailleurs, à 86 % les litiges concernent des noms de domaines anglais.

cybersauatting OMPI

Le secteur le plus frappé reste celui des biotechnologies et des produits pharmaceutiques, puis le secteur des banques et finances et en troisième l'internet et l'informatique avec respectivement 9,9 %, 9,4 % et 8,8 % des plaintes enregistrées. Ces chiffres peuvent en effet inquiéter plus encore alors que l'Icann va lancer prochainement de nouvelles extensions sur la Toile ; il en existe à ce jour près de 250 déjà. Seules les conditions financières pourraient freiner l'apparition de noms de domaines de plus en plus exotiques, donc. Autant de risques de voir la menace du cybersquatting se renforcer au cours des années à venir.

Et pour les marques en recherche de visibilité sur le net, de telles pratiques sont lourdes de conséquences financières. Pour pallier ces problématiques, « l'OMPI a fourni des conseils sur les moyens de contribuer à préserver les intérêts légitimes des propriétaires de marques pendant la phase de dépôt des demandes (avant attribution) et pendant la phase opérationnelle (après attribution) ».

Ces mesures sont destinées à assurer les droits de propriétaires de domaines tout autant qu'à garantir « la fiabilité du système d'adressage de l'internet », précise Francis Gurry dans un communiqué.

L'intégralité du rapport est accessible à cette adresse.
Publiée le 16/03/2009 à 12:09
Publicité