Outre-mer : des offres téléphonie mobile et internet à revoir

Et qui seront revues... 56
plages iles merTéléphonie et internet deviennent comme cul et chemise : liés par les offres des opérateurs et autres FAI, mais les tarifs pratiqués outre-mer n'ont rien de réellement attrayant. C'est pour cela que le gouvernement, et en l'occurrence Luc Chatel, et l'Arcep, ont réfléchi à « une baisse des tarifs dits de terminaison d'appel mobile », qui sera imposée avant l'été 2009.

Secrétaires d'État tout deux, l'un à l'outre-mer, l'autre à la Consommation, Yves Jégo et Luc Chatel ont expliqué dans un communiqué commun que pour « le consommateur, cette décision fera baisser le prix des appels depuis les réseaux fixes vers les réseaux mobiles. Elle permettra aussi le développement plus rapide des offres illimitées », pour l'heure moribondes.

De son côté, l'Arcep souhaite une régulation des terminaisons d'appel SMS, également en vue d'une offre illimitée. En outre, la téléphonie mobile devrait également profiter d'une offre basée sur la tarification à la seconde, a précisé Yves Jégo, rappelant qu'il s'agit là d'une « mesure déjà en application en métropole ».

D'autre part, un comité interministériel de l'outre-mer sera réuni sous peu, afin de s'assurer « de la définition et de la mise en oeuvre des politiques publiques adaptées aux spécificités des collectivités d'outre-mer, ainsi que de leur évaluation ». Il est en effet nécessaire que l'ensemble des consommateurs bénéficie « d'une facturation équitable et transparente des appels mobiles plus courts », ajoute Yves Jégo.

Pour ce qui est des offres haut débit, elles seront également développées plus rapidement et auront à charge d'améliorer la qualité de leurs services. Pour ce faire, l'Arcep interviendra sur ces questions quantitatives et qualitatives : en impliquant France Telecom et l'offre de gros aujourd'hui faite aux opérateurs, « insuffisante actuellement », l'autorité devra rendre avant l'été un rapport sur l'état des services télécoms.

Si la téléphonie mobile a largement plus pénétré le marché outre-mer qu'en métropole (souvent au-delà de 100 %), l'internet n'a, en revanche pas « encore atteint le même niveau de développement ». L'Autorité avait déjà réalisé un rapport en juin 2008, faisant un état des lieux peu avenant de la situation outre-mer...
Publiée le 21/02/2009 à 08:02
Publicité