iPhone : Mozilla, Skype et l'EFF pour le JailBreak légal

Jorétapo, un jeu Fernand Sathan 74
iphone L’iPhone d’Apple aura décidément marqué les esprits à plus d’un titre. Créant l'événement grâce à un écran tactile multitouch, il a plusieurs fois déclenché des polémiques à cause notamment d’un univers fermé dont seule la firme de Cupertino détient les clés. Du moins jusqu’à ce qu’arrivent les logiciels permettant un «JailBreak », c’est-à-dire une ouverture forcée à d’autres applications qui ne proviennent pas de l’App Store. Aujourd’hui, Mozilla et Cydia se joignent à l’EFF pour qu’une exception au DMCA soit créée pour le téléphone.

Donner au JailBreak une légitimité légale

Le DMCA, ou DIgital Millenium Copyright Act, est une loi américaine qui interdit le contournement des mesures de protection numériques. Dans le cas des logiciels de JailBreak, il y a bien contournement, et Apple se bat en permanence contre ces intrus. Ainsi, à chaque fois qu’une nouvelle version du système d’exploitation de l'iPhone est rendue disponible, toutes les modifications « contre-nature » sont envoyées ad patres, obligeant les utilisateurs de JailBreaks en tous genres à recommencer leurs manipulations.

Or, l’EFF (Electronic Frontier Foundation) fait circuler une pétition pour demander qu’une exception particulière soit créée au DMCA dans le cas de l’iPhone pour le JailBreak. Le but serait de rendre légale la procédure afin que les utilisateurs soient autorisés véritablement à faire ce qu’ils veulent de leur téléphone. Alors même que la pétition vient appuyer sur un sujet sensible pour Apple, d’autres acteurs se joignent à l’appel : Mozilla, Skype et Cydia.

Cydia est un «installer», c’est-à-dire un logiciel permettant d’installer d’autres applications que celles initialement prévues dans l’App Store. Il rentre donc complètement dans le cadre de ce que refuse Apple, sous couvert du DMCA. Cydia se sert d’une gestion des paquets issue de la distribution Linux Debian en l’adaptant à l’iPhone.

Mozilla et Skype se jettent à l'eau

De leur côté, Mozilla et Skype représentent certainement des poids plus lourds. On comprendra que Skype se tienne prêt à soulever avec les autres le pavé pour le jeter dans la marre : l’éditeur propose un logiciel de VoIP, mais Apple n’autorise que la connexion Wifi pour de telles communications. Or, Skype aimerait bien que ces communications soient également permises sur les connexions 3G pour rendre son produit plus attractif. Pour le moment, aucune version du logiciel n’a été proposée pour l’iPhone.

Mozilla a un avis plus particulier. Son PDG, John Lilly, estime que « le choix est bon pour les utilisateurs, et il ne devrait pas être criminalisé ». Pourtant, lorsqu’on l'interroge sur la possibilité de publier une version iPhone de Fennec, le navigateur mobile de l’éditeur (issu de Firefox), l’homme ne semble pas intéressé : « Si le choix nous en est donné, travaillerions-nous sur une plateforme dont la seule société qui la contrôle ne nous souhaite pas la bienvenue, ou sur une plateforme, comme Linux, où nous sommes les bienvenus ? »

Le JailBreak est une habitude qui est sortie depuis longtemps du simple cadre des bidouilleurs. Le phénomène a pris de l’ampleur, et des produits tout-en-un permettent de modifier très facilement l’iPhone. Bien qu’Apple se batte avec force contre ces produits, une certaine pression est maintenant exercée sur la firme. Exposée à un public de plus en plus large, la vision classique de la société est remise en question, comme en témoigne le procès qui l’oppose à Psystar, qui conçoit des PC classiques vendus avec Mac OS X.
Publiée le 19/02/2009 à 10:29 - Source : Computer World
Publicité