S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Un laboratoire nucléaire militaire américain perd 67 ordinateurs

De la différence entre les séries TV et la réalité

Depuis le mois de janvier, le Laboratoire National de Los Alamos (LANL) est dans le collimateur du DOE, le Ministère américain de l'Énergie. Les rats du laboratoire de Los Alamos, au Nouveau-Mexique, se sont aperçus que plusieurs de leurs ordinateurs de travail manquaient à l'appel.

Le problème, c'est que le LANL est un laboratoire de recherche nucléaire, notamment impliqué dans le développement des armes nucléaires américaines. Un mémo du DOE, intercepté et publié sur Internet, explique que les chercheurs ont reconnu la disparition de 67 ordinateurs, et pire encore, que 13 d'entre eux sont « perdus ou volés » depuis l'année dernière, explique Danielle Brian, directrice du POGO (Project On Government Oversight), un groupe de surveillance indépendant qui s'est procuré le document du DOE.

nucléaire radiationEn janvier dernier déjà, le POGO publiait un email interne du LANL détaillant les dernières péripéties des employés du laboratoire : « le vol de trois ordinateurs, et la perte d'un Blackberry dans un pays étranger sensible ».

Les autorités concernées affirment que les ordinateurs disparus, des portables pour la plupart, présentaient surtout un risque pour les informations personnelles des employés. Elles déclarent considérer l'incident comme un problème de gestion du personnel, en réfutant l'idée d'une faille de sécurité informatique potentielle ou celle d'une fuite de données à risque.

Rassurant ou non, les propos du DOE ne peuvent occulter la nécessité de resserrer les contrôles, au moins pour éviter de constater la disparition de 13 machines avec un an de retard. Heureusement, la valise et les codes de lancement des ogives nucléaires sont encore chez Obama...
Publiée le 13/02/2009 à 11:26

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;