Les Etats-Unis premiers mondiaux sur les pourriciels

Born in the USA ! 30
Sophos rapport malwares La part de pourriels reçue quotidiennement dans les boîtes n'est pas prête de diminuer, pas plus que ne cesseront les pourriciels, ces logiciels meurtriers pour les données personnelles. Et selon Sophos, qui nous souhaite une bonne année avant l'heure, plus de 37 % de ces cochonneries proviennent des États-Unis, contre 27,7 % issus de Chine ou encore 9,1 % de Russie.

Toutefois, bien que leader dans ce triste secteur, les États-Unis détiennent également la palme de l'augmentation de pourriciels : avec un sinistre 37 % de mieux en 2008, par rapport au 23,4 % de 2007, on peut même dire que le secteur est en pleine expansion. Pour exemple, la Chine a su faire chuter ses émissions en passant de 51,4 % de la part mondiale à 27,7 % cette année. Comme quoi, suffit de se donner les moyens.

Si en 2007, un courrier sur 909 contenait un logiciel espion, une baisse considérable en regard du 1 sur 44 en 2005, cette année, on revient à 1 sur 714, avec toujours en tête des botnets, qui ont particulièrement profité de l'effet présidentielle américaine.

Le rapport de Sophos précise également que les pirates mal intentionnés ont eu recours de plus en plus à des messages comme provenant d'éditeurs d'antivirus pour berner la méfiance des internautes. L'usager devait alors payer pour se débarrasser du logiciel malveillant qu'il avait sciemment installé, en croyant qu'il s'agissait au contraire de se protéger d'une attaque, sur les recommandations de l'éditeur.

Le rapport complet de Sophos est accessible à cette adresse, pour qui aurait envie d'une petite frayeur avant de démarrer les réjouissances de la Saint-Sylvestre. On y découvrira que l'éditeur constate également une augmentation des attaques sur Mac, qui deviendrait en effet une plateforme attrayante pour les vers, virus et autres chevaux de Troie, du fait d'un parc de machines qui se développe et pourrait alors attirer grandement les amateurs.


Publiée le 26/12/2008 à 11:41
Publicité