S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

4ème licence 3G : Martin Bouygues fait la leçon à Free

J'ai pas peur, mais je menace

Si Orange et SFR, par la voix de leur président respectif, n'ont pas caché leur inimitié envers Iliad (Free) et la possibilité que ce dernier dispose de la future 4ème licence 3G, Bouygues s'était pour l'instant montré plutôt discret sur le sujet.

Free devrait d'abord s'occuper de baisser les prix de l'ADSL

Martin Bouygues Annonçant il y a trois mois ne pas craindre Free, du fait du budget de ce dernier (« J'ai du mal à comprendre comment avec 1 milliard d'euros, Iliad va pouvoir déployer un réseau de troisième génération alors que nous investirons 850 millions d'euros rien que cette année »), Martin Bouygues, fils du fondateur du groupe Bouygues et actuel PDG, s'est montré particulièrement agressif envers Free lors d'une interview donnée à nos confrères des Échos. Finalement, Bouygues craindrait-il Free ?

Alors que Free annonce pouvoir proposer des prix au moins deux fois inférieurs à ceux des opérateurs actuels, grâce à une réduction de ses marges, Martin Bouygues tacle le FAI sur sa santé financière actuelle :

« Premier commentaire : quand je compare la rentabilité des uns et des autres, je constate que Free est bien plus profitable que Bouygues Telecom. Si l'on veut plus de concurrence et faire baisser les prix pour le consommateur, Free serait donc déjà bien inspiré de réduire un peu ses marges sur l'ADSL avant de penser à venir sur le mobile. »

Si Free arrive, il faudra s'attendre à de lourdes pertes d'emploi

Si en deuxième commentaire, Martin Bouygues a de nouveau jugé bien trop insuffisant l'investissement annoncé par Free d'1 milliard d'euros pour déployer un réseau 3G viable sur le territoire, le leader du bâtiment a délivré un quatrième commentaire pour le moins "amusant", parlant notamment d'arrivée d'ultra-« low cost », sous-entendant ainsi que les forfaits à prix très bas existent déjà. Pire (ou mieux) encore, Martin Bouygues semble menacer à demi-mot de licencier des dizaines de milliers de personnes en cas de concurrence féroce.

« Quatrième commentaire : si le gouvernement autorise un nouvel entrant à venir faire de l'ultra-« low cost » dans le mobile, il prend une lourde responsabilité. À terme, une guerre des prix peut provoquer de 10 000 à 30 000 pertes d'emplois chez les opérateurs. Ce sont des choix lourds de conséquences, surtout s'il s'agit de favoriser quelqu'un qui n'investit pas ! »

On se rappellera aussi d'une autre "menace" de Martin Bouygues lancée il y a trois mois, quant à un possible retrait de sa part du marché si le futur nouvel entrant venait à être avantagé financièrement pour faciliter son déploiement : « Si les conditions d'exécution du marché font que le marché n'est plus viable, on verra. Pour l'instant on n'est pas du tout dans ces circonstances-là. »

Free n'a pas encore réagi à ces attaques du président du groupe Bouygues.
Source : Les Echos
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 11/12/2008 à 09:36

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;