Oasis et AC/DC se privent d'Internet, interview de Jiwa.fm

Assez d'essais ? 313
ac-dc jiwa.fm deezer oasis Depuis quelques jours, il n’est plus possible d’écouter l’intégralité des titres d’AC/DC ou d’Oasis sur les plates-formes de streaming comme Jiwa – qui limite l’écoute à 30 secondes – ou Deezer qui a préféré déconnecter tous les morceaux de sa base. Nous avons interrogé Jean Marc Plueger, co-fondateur de Jiwa.fm, le site d'écoute gratuite en haute qualité.

AC/DC ou Oasis ne sont plus présents sur votre site, du moins on ne les retrouve plus qu’en version de 30 secondes. Pourquoi ?

Jean Marc Plueger : On ne les trouve pas non plus à la vente sur iTunes, ou sur d’autres plates-formes. Le management d’AC-DC a décidé qu’il n’y avait plus d’exploitation numérique. Nous sommes bien en 2008, et les œuvres seront exploitées seulement en mode physique. Pour Oasis c’est pareil !

Pourquoi 30 secondes et pas la suppression totale du morceau ?

On joue sur le droit d’extrait. Nous avons ce droit du fait d’un accord avec les organisations professionnelles, comme toutes les plates-formes numériques. Au-delà des 30 secondes, nous sommes dans l’exploitation complète de l’œuvre... Très malheureusement, on est les premiers à le regretter. On trouve que cela ne sert certainement pas les fans et les œuvres : vous ne trouverez pas ces artistes en vente ou en écoute en ligne. Et encore aux États-Unis, il n’y a qu’une chaîne de magasin – Wal-Mart – [ndlr : et Sam's Club] qui a vendu le dernier album d’Oasis. On le trouvait chez aucun autre disquaire.

Ce blocage des versions numériques est-il concomitant avec des sorties d’album ?

Pour AC-DC, la demande date de la sortie à peu près du nouvel album. J’imagine qu’ils ont réitéré le fait de ne vouloir aucune exploitation numérique. Chez nous c’est très récent.

Où en êtes-vous dans vos relations avec la Sacem, la SCPP et la SPPF ?

On a signé à la fois avec ces trois acteurs. Nous sommes en bonne relation avec eux !

Malgré ces signatures un artiste peut donc demander à être retiré du circuit numérique ?

Bien sûr, car ça n’a rien à voir. La Sacem s’occupe des auteurs et compositeurs. La SCPP et la SPPF sont bien des syndicats de producteurs, mais ils n’ont pas de mandat collectif pour négocier l’écoute à la demande. Cela se négocie producteur par producteur.

Combien de titres trouve-t-on sur Jiwa.fm aujourd'hui ? Quels sont les projets ?

On est aujourd’hui à un peu plus de 1,2 million de titres sur la plate-forme. Cela va augmenter très prochainement et de façon très significative – nous allons l’annoncer dans les jours qui viennent – plusieurs signatures importantes, avec des majors, et de grands agrégateurs indépendants. Plusieurs gros acteurs.

Nous sommes à la veille de la sortie d’une nouvelle version, peut être la semaine prochaine : une nouvelle version, globalement avec une refonte graphique du site, de nouvelles fonctionnalités, plus d’éditorial, de news, vraiment un gros lifting !

Deezer a mis depuis peu un pied dans l’iPhone. Et Jiwa.fm ?

On y travaille !

Merci Jean-Marc !
Par Marc Rees Publiée le 24/11/2008 à 16:39
Publicité