S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Loi anticamcording, un premier pirate de salle puni au Canada

Clap de fin

Sweeney Todd C’est la première personne à être condamnée en application de la loi canadienne C-59. Ce texte, taillé sur mesure, prohibe les enregistrements d’œuvres cinématographiques en salle, vidéo comme bande sonore.

Devant une cour d’Alberta, Richard Craig Lassaman, 21 ans, de Calgary, a été reconnu coupable d’enregistrement non autorisé du film Sweeney Todd (Le diabolique barbier de Fleet Street). Il avait été pris sur le fait malgré un caméscope caché sous sa veste et un témoin d’enregistrement obstrué par un petit ruban adhésif.

La justice l’a condamné à 1 495 dollars d’amende et  une mise à l’épreuve d'un an. Durant cette année, il a l’interdiction d’entrer dans un cinéma ou d’acheter, posséder, détenir n’importe quel équipement d’enregistrement - même un téléphone portable – en dehors de son domicile.

L'association canadienne des distributeurs de films (CMPDA) a réagi : « Nous souhaitions une peine de prison... Toutefois, c'est un bon début. » Au Canada, les personnes coupables de ce type d’infraction sont susceptibles d’être condamnées jusqu’à deux ans d’emprisonnement. Lorsqu’on démontre que l’enregistrement a été fait « en vue de la vente, de la location ou de toute autre forme de distribution commerciale », la peine maximale est portée à cinq ans.

Une récompense de 500 dollars pour les employés de salle de ciné

Il n’est pas rare que ces films se retrouvent sur les réseaux P2P, et les majors estiment qu’il s’agit là d’une véritable hémorragie pour leurs intérêts. La situation est prise au sérieux puisqu’en plus de cet arsenal législatif, les majors du cinéma ont initié un programme pour récompenser les employés de cinéma qui prennent sur le fait des individus filmant illégalement en salle. « Les employés sont éligibles à une récompense allant jusqu'à 500 dollars en :

1. Identifiant un individu enregistrant illégalement un film en salle
2. En appelant immédiatement la police
3. E
n interrompant l'enregistrement
4. En demandant de remplir un rapport de police
5. En appelant la ligne anti-piratage 24/7 dans les 24 heures de l'infraction
»

Afin d’aider les apprentis Colombo, les majors pointent quelques signes à repérer spécialement les jours de sortie et pour les films à gros budget. « Plus le film est piraté en salle rapidement après sa date de sortie, plus sa valeur marchande est maximale. » Ainsi, « les pirates pensent être plus tranquilles pour commettre leur offense dans une salle plus vide, et ils courent moins de risques d'avoir beaucoup de bruit de fond. À vous de profiter d'une meilleure visibilité ! »

cinema cam recording telesync salle

Des indices à repérer en salle

Que remarquer spécialement ? Des reflets lumineux (témoin d’enregistrement), les gens qui demandent à avoir des dispositifs pour malentendants (« Certains pirates se branchent à la prise du dispositif d'aide aux malentendants pour obtenir un son sans interférence »). Ceux qui portent des manteaux en été, qui ont une « façon suspecte de s'asseoir dans le cinéma » ou ont des connaissances parmi le personnel. « Soyez vigilant envers les clients qui réservent une salle complète pour projection privée lors de la sortie de nouveaux gros titres » prévient encore l’industrie du cinéma.
Source : CBC
Publiée le 17/11/2008 à 10:10

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;