Le chômage des informaticiens repart à la hausse en France

La Très très grande entreprise connait bien la crise 175
Selon le MUNCI, mouvement fondé en 2003 spécialisé dans l'informatique et les TIC (et l'emploi) ayant « pour but principal de mener un lobbying actif auprès des pouvoirs politiques, médiatiques et économiques », le nombre des demandeurs d'emploi en informatique a connu pour la première fois depuis quatre ans (hors saison estivale) une augmentation par rapport au mois précédent.

Michel ingénieur informaticien« Le chiffre était de 19 297 demandeurs d'emploi en informatique (cat.1) fin août 2008, il est passé à 19 508 fin septembre 2008 » note ainsi le Mouvement pour une Union Nationale et Collégiale des Informaticiens.

Si cela n'a rien d'alarmant en soi, le MUNCI est peu confiant pour l'avenir à court terme : « Le chômage va continuer à augmenter dans notre secteur au cours des prochains mois, la crise financière et économique ayant un impact de plus en plus évident sur les recrutements ».

Après une crise début 2004, avec un chômage de 8,7 % dans le secteur de l'informatique en France, soit 48 000 personnes environ (en janvier 2004), ce pourcentage a rapidement régressé au point d'atteindre tout récemment, en juin 2008, près de 17 500 chômeurs, soit 3,8 % du secteur.

Pour le MUNCI, après analyse de plusieurs crises passées, la crainte que l'histoire  ne se répète est forte. Le secteur de l'informatique est en effet très cyclique, et le risque de voir le chômage doubler dans les mois et années à venir n'est pas à écarter. Pointant du doigt le gouvernement quant à sa gestion des flux migratoires, le mouvement se veut ferme et ne veut pas vivre l'époque entre 2001 et 2004 qui avait vu le nombre de chomeurs informaticiens tripler.

« La question est donc de savoir si l'histoire n'est pas en train de se répéter à la lettre, ce qui témoignerait une fois de plus de la totale irresponsabilité des pouvoirs publics en matière d'emploi et d'immigration. (...) Il n'est PAS QUESTION que se reproduisent les mêmes pratiques de licenciements abusifs observées massivement au cours de la dernière crise, et qui n'ont d'ailleurs jamais entièrement cessées. »

Enfin, le MUNCI rappelle que le taux de CDI du secteur s'élève à 74 %. Celui de CDD est donc de 26 %. La France compte environ 500 000 informaticiens sur son territoire.
Par Nil Sanyas Publiée le 05/11/2008 à 14:33 - Source : MUNCI