S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

PDC 2008 : Windows 7 côté développeurs et professionnels

Parce que bon, il en faut pour tout le monde

win7 sevenDans cette deuxième actualité consacrée à Windows 7, nous allons aborder davantage les mécanismes souterrains du futur système d’exploitation. Nous passerons également en revu les fonctionnalités qui sont tournées vers l’entreprise, ainsi que l’écosystème que prépare Microsoft avec l’arrivée de nouveaux outils pour les développeurs.

Principales fonctionnalités dédiées aux professionnels

Faisons un tour d’horizon des fonctionnalités que Microsoft a mises en avant et qui touchent directement les entreprises, ou tout du moins les utilisateurs qui ont  un besoin beaucoup plus sérieux de leur machine :
  • Le support natif des disques durs virtuels au format VHD : ils sont manipulables en tant que périphériques de stockage. L’utilisateur peut intervenir dessus en les « montant » directement.
  • Direct Access : en liaison avec un parc informatique d’entreprise où IPv6 et IPSec sont déployés, un utilisateur distant peut se connecter à cette infrastructure par simple authentification sans le besoin de créer un VPN.
  • AppLocker : un contrôle beaucoup plus avancé sur les applications qui ont le droit d’être lancées sur une machine, au niveau local comme au niveau d’un parc entier.
  • BitLocker To Go : contrôle complet de la chaîne de copie des fichiers vers des clés USB, avec obligation de chiffrement de la clé par exemple, et création de stratégies complètes depuis le serveur et répercutées sur tous les postes clients
  • PowerShell 2.0 : intégré à Windows 7 comme à Windows Server 2008 R2, la nouvelle version de l’outil de scripting de Microsoft est livré avec une interface graphique qui permet de développer ses scripts en utilisant certains avantages des environnements de développement, comme l’utilisation de couleurs. Les scripts peuvent être utilisés localement ou à distance.
  • Support de DNSSEC, qui est au DNS ce qu’IPSec est à IP, un ensemble de protections conçues pour palier l’insécurité inhérente d’un protocole ancien confronté à des utilisations malveillante.
  • La gestion des écrans multiples et autres périphériques de sortie vidéo, largement simplifiée
D’une manière générale, les professionnels seront également très intéressés par le côté « performances » de Windows 7. Il est encore trop tôt pour définir avec exactitude le niveau de rapidité du prochain système, mais il existe néanmoins deux constats intéressants : les prérequis techniques seront les mêmes que pour Vista, et Microsoft travaille à rendre Windows 7 plus rapide à machine équivalente.

Oui, on peut dire que Windows 7 est un Vista 2.0

D’après plusieurs témoignages de journalistes, blogueurs ou personnes présentes à la PDC, il apparaît déjà que Windows 7 est plus réactif, démarre plus rapidement et consomme moins de mémoire. Microsoft n’a pas dévoilé l’ampleur des travaux menés sur les fondations, qui sont les mêmes que celles de Vista, mais un travail d’affinement a été mené. En clair : c’est la même chose, mais en mieux.

Ce résumé volontairement simpliste traduit ce qui sera à la fois la principale force et la principale faiblesse de Windows 7. Les technologies utilisées sont celles de Vista, et toutes les applications et pilotes développés pour ce dernier seront parfaitement compatibles. L’ensemble devrait en outre tourner plus rapidement, comme le laisse suggérer la build 6933 présentée à la PDC. Par contre, côté innovations, le travail accompli avec Vista est viabilisé, ce qui peut faire penser que Windows 7 est un Vista 2.0.

La rapidité constatée et qui devra être confirmée dans les versions suivantes tient à certains éléments dont on sait qu’ils ont été modifiés, parfois légèrement, parfois en profondeur. Le Window Manager, qui s’occupe de l’affichage des fenêtres du bureau et donc de tous les effets associés, ne calcule désormais plus les surfaces cachées. En conséquence, ces dernières n’ont également plus besoin de mémoire vidéo, ce qui allège l’ensemble des calculs graphiques du GPU.

Du côté des développeurs

La chose est d’autant plus intéressante que du calcul graphique, Windows 7 peut en faire potentiellement bon nombre. Avec lui arrivera un nouveau framework pour le multitouch et, si les développeurs pourront s’en donner à cœur-joie, il reste que c’est bien le Window Manager qui calculera les mouvements des fenêtres, surtout que celles-ci passeront obligatoirement par WPF (Windows Presentation Foundation). Et puisque l’on parle de WPF, il faut savoir que Microsoft prépare la version 4.0 du Framework .NET, qui devrait largement se focaliser sur l’informatique distribuée.


WPF sera également à la base de la nouvelle interface de Visual Studio 10 qui présentera son propre lot de nouveautés, comme la prise en charge directe du développement pour Windows Azure ou d’applications largement conçues pour exploiter les processeurs multiples.

Plus généralement, les développeurs qui parlent au moins un peu anglais devraient jeter un œil à ce document publié par Microsoft et qui présente l’ensemble des nouveautés qui  seront accessibles pour la création d’applications.
Publiée le 29/10/2008 à 12:23

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;