Les réactions aux mesures du plan Economie Numérique 2012

Action, réaction 30
photo elysee plan besson ministreLes réactions n’ont pas tardé après la publication du plan Besson sur l’économie numérique 2012.  (les photos de la présentation, la description du plan) En voici une sélection.

Le « think tank » Renaissance Numérique se félicite pour sa part de la reprise de 10 de ses 12 propositions. « Cependant, l’association souligne que le nombre de mesures prises -154 au total- semble disproportionné si l’on souhaite toutes les mettre en application rapidement et trouver leur financement ». Elle invite aussi le gouvernement à hiérarchiser les actions « en fonction de leur impact économique mais aussi citoyen. La priorité doit être donnée en tout premier lieu à la résorption de la fracture numérique et à l’équipement de plus de 80% des français au haut débit à l’horizon 2012 »

Les éditeurs de logiciels, le monde du libre

L’Association Française des Editeurs de Logiciels, AFDEL salue un plan qui « comporte de nombreuses propositions d’actions en faveur des contenus, en phase avec les défis du développement de l’industrie du logiciel ». On se félicite de plusieurs mesures comme la création de réseaux de correspondants Logiciel dans le cadre d’Ubi France. Par contre vis-à-vis de la vente liée que semble combattre Besson, cette association « relève que le souhait du consommateur, qui ne doit pas être ignoré dans la démarche, s’oriente en revanche a contrario vers le tout intégré (hardware, software, services) à l’instar des téléphones mobiles, ordinateurs et autres équipements multimédias ».

Une position non surprenante alors que l’AFDEL compte dans ses membres éminents Microsoft. Sur le plan de la formation, on applaudit encore l’intégration de modules consacrés à l’innovation et à la propriété intellectuelle dans les cursus universitaires. Dans le monde économique, « l’AFDEL perçoit naturellement comme très positive la place accordée à l’amélioration de l’accès des PME innovantes aux marchés, qu’il s’agisse des marchés publics ou des grands comptes ».

L’April, on le sait, a condamné la quasi-absence du Logiciel Libre. Si on reconnait l’initiative de Besson en matière de racketiciel (vente liée PC et OS), « l'association de promotion et de défense du logiciel libre dénonce l'entêtement du gouvernement à faire l'apologie des DRM, et s'insurge contre un rapport qui occulte totalement le logiciel libre».

Les acteurs du Web 2.0

L’Asic, Association des Services Internet Communautaires (Google, Priceminister, Dailymotion, Yahoo!, etc.) « se réjouit que le développement de l’économie numérique français soit désormais identifié comme un enjeu au plus haut niveau de l’État français ».

Selon l’Asic, « ce plan souligne la volonté de l’État de poursuivre une politique de développement de l’économie numérique. Il vient combler un manque. Son objectif principal est de permettre à tous les Français d’accéder à Internet, et l’ASIC y souscrit à 100%. Nous espérons que ce plan marque aussi un changement d’approche politique de l’Internet en France : considérer globalement la Toile comme une opportunité plutôt qu’une menace. », ont déclaré Pierre Koscuisko-Morizet, Président du Groupe PriceMinister et Giuseppe de Martino, Directeur juridique et réglementaire de DailyMotion, tous deux coprésidents de l’ASIC.

C’est particulièrement la préservation du statut de l’hébergeur qui implique l’absence d’obligation de surveillance a priori qui est saluée. « L’Asic n’a jamais confondu statut d’hébergeur et régime d’irresponsabilité » rappelle-t-on, ces acteurs ayant développé « chacun dans leurs domaines d’activités des dispositifs de lutte contre les contenus illicites ou offensants », le tout ayant été cimenté par des chartes d’engagements avec les propriétaires de contenu.

Sur le dividende numérique, l’Asic souligne l’importance de la définition du cadre d’attribution des futures fréquences libérées et surtout l’enjeu de stimuler un internet totalement ouvert, sans carcan au bénéfice de tel ou tel opérateur. « C’est cette neutralité des réseaux vis-à-vis des intermédiaires du contenu qui a permis le foisonnement de nouveaux services, applications et outils et de faire en sorte que l’internet
devienne grand public aussi rapidement
»

Du côté du patronat

Le Medef
enfin a expliqué que ce plan était « une vraie chance pour (les) entreprises ». « Il permet enfin à la France de se doter d'une stratégie d'ensemble sur l'un des principaux leviers de croissance des pays industrialisés (…) Dans le contexte économique actuel, il est d'une importance capitale de continuer les investissements à long terme dont dépendront la compétitivité et la croissance de nos entreprises. »
Publiée le 21/10/2008 à 09:49
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité