S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Plan numérique 2012 : un jour par semaine, je travaille chez moi

Le télétravail, c'est la santé

bureau désordre surf travail productivitéLe plan Besson sur l’Économie Numérique 2012 propose de faire émerger le télétravail, nouveau mode pour l’organisation du travail intimement lié au déploiement d’Internet et des réseaux.

Le document en notre possession dresse la liste de ses multiples avantages, bien connus : allègement des charges pour les entreprises, flexibilité pour les employés, réductions des déplacements, et donc des émissions de gaz à effet de serre. Une liste non exhaustive. Éric Besson propose aussi de définir « un cadre souple adapté à la diversité des situations liées au travail en réseau ». Concrètement, il s’agira de formaliser les conditions de télétravail dans le contrat de travail du salarié, de même, point épineux, serait défini une présomption d’accident du travail en cas d’incident à domicile.

Le secteur public montrera l’exemple

Besson propose que le secteur public montre l’exemple. Début 2009, une étude va être lancée pour identifier les postes et les fonctions dans le secteur public pouvant faire l’objet de télétravail, que ce soit à domicile, en nomadisme ou en télécentre.

Des opérations pilotes devraient même être lancées la même année dans chaque ministère « afin de tester les différents outils et modalités du télétravail en vue d’un développement de cette pratique dans les années à venir ». Cela passera encore par l’adaptation des infrastructures pour sécuriser l’accès à distance aux systèmes d’informations des administrations par les agents.

Une journée symbolique

Autre aiguillon pour pousser ce mode d’organisation : la création d’une rubrique « offre d’emploi télétravail » dans le panel des offres de l’ANPE. Le secrétaire d'État à l’Économie Numérique propose également de lancer une initiative « un jour par semaine, je travaille chez moi ». Une initiative symbolique qui ne concernera qu’une toute petite portion des entreprises aptes à assumer une telle opération. Pour chapeauter le tout, un inévitable groupe de travail sur le télétravail (sic) sera nommé sous l’autorité du premier ministre afin de définir les actions de développement. Nul ne sait s’il travaillera à distance.
Publiée le 17/10/2008 à 10:23

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;