S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Fibre : Free réagit vertement à un accord entre Orange et Neuf

Bouygues y es-tu ?

Semi-surprise dans le monde de la fibre optique : SFR, qui détient depuis peu Neuf Cegetel (troisième FAI français), a annoncé hier être le futur partenaire d'Orange (premier FAI français) quant au déploiement de la FTTH dans l'Hexagone.

Un accord de raison ?

Orange Fibre Optique France Deux semaines après avoir avoué accuser un an de retard au sujet de son propre déploiement de fibre optique, Orange s'allie donc avec l'un de ses plus importants concurrents. Or, comme l'a souligné récemment Xavier Niel, le fondateur d'Iliad (Free), « le problème, c'est qu'Orange ne veut plus déployer et que Neuf se dit que s'il mutualise avec eux, ça va coûter moins cher et ils vont aller plus vite ». L'accord entre Neuf et Orange semble confirmer cette analyse.

Premier pas vers une mutualisation des fournisseurs d'accès à Internet, ce partenariat permettra en effet à Orange et SFR de fixer le point de mutualisation « le plus près possible des logements selon des critères opérationnels pragmatiques en fonction de la taille et du type de logement, et en tenant compte des contraintes d'accessibilité et d'occupation du domaine public ». En somme, le débat sur le lieu du point de mutualisation n'existe plus pour ces deux partenaires.

« Ouvert à tous les opérateurs qui le souhaitent », cet accord concerne une quinzaine de villes en France, à savoir les agglomérations où sont déjà (plus ou moins) présents Orange et SFR, soit certainement Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes, Grenoble, Lille, Poitiers, Metz et une poigné d'autres villes.

Concrètement, les syndics auront tout le loisir de choisir l'opérateur (unique) le plus intéressant à leurs yeux afin de fibrer leur immeuble. Ensuite, chacun sera « totalement libre de s'adresser à l'opérateur de son choix, en fonction de l'offre commerciale qu'il préfère », précise SFR.

Free furibard

Contacté par nos soins, Xavier Niel (Free) s'est montré particulièrement virulent envers cet accord, jugé « contraire à la loi ». En effet, « la LME prévoit un point de mutualisation à l'extérieur de l'immeuble ». Qui plus est, « c'est se moquer de l'ARCEP et du gouvernement (Besson) qui cherchent à trouver un accord global », note le fondateur d'Iliad.

Pire encore, pour celui qui souhaite ardemment la 4ème licence 3G, « cela empêche l'émergence d'une compétition en dehors des 3 acteurs actuels (plus on partage bas dans le réseau moins il y a de concurrence à terme : par exemple Paris, si on partage dans les immeubles, il faut 75 000 points d'interconnexion, si on partage au Point de Mutualisation il faut 10 000 points d'interconnexion, si on partage au NRO il en faut 60) ». En somme, les consommateurs seront inévitablement perdants selon Free.

La solution ? Le MultiFibre

Free fibre optique 100Mbps Pour Xavier Niel, la véritable réponse au problème du déploiement massif de la fibre optique en France est limpide : Le MultiFibre. « Quand un opérateur signe avec un syndic d'immeuble, il propose aux autres opérateurs de se joindre à lui. Il pose ensuite autant de fibre par abonné qu'il y a d'opérateur souhaitant l'accompagner ». Tout simplement.

Non seulement cette solution aurait l'avantage d'être conforme à la LME, mais elle permettrait de surcroît à un nouvel entrant d'arriver "plus tard". Mais plus important encore, cela permettrait aux Internautes de migrer d'une offre à une autre sans problème.

Autre avantage non négligeable, en cas de problème, l'Internaute contactera directement l'entreprise fautive. Dans le cas du nouvel accord entre Orange et SFR, l'abonné aura « en face de lui un interlocuteur unique (et non pas par exemple Neuf qui va demander à Orange de réparer sa fibre) ».

Ceci sans compter que d'un point de vue financier, le MultiFibre diviserait les coûts (élevés) du déploiement de la FTTH.

Pour Free, cet accord gèlera la concurrence

Contacté par l'AFP, Maxime Lombardini, le directeur général d'Iliad, confirme les propos de Xavier Niel : « Cet accord ne garantit ni la concurrence, ni le libre accès des foyers aux différentes offres et est contraire à l'esprit des discussions entamées entre les opérateurs ».

Éric Besson, le secrétaire d'État à l'économie numérique, réunira dans un mois, le jeudi 23 octobre précisément, tous les opérateurs au ministère afin d'établir un premier bilan sur les négociations entre FAI au sujet du déploiement de la fibre optique. À moins d'un revirement de situation, Iliad tapera certainement du poing sur la table ce jour-là.
Publiée le 25/09/2008 à 10:23

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;