S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

4e licence 3G : le gouvernement promet un débat au Parlement

Un coup téléphoné ?

xavier niel bouygues béton licence 3GLe gouvernement a réagi aux conclusions de l’Arcep quant à l’opportunité de l’arrivée d’un nouvel opérateur 3G en France. Christine Lagarde, ministre de l'Économie, Luc Chatel, secrétaire d'État chargé de l'Industrie et de la Consommation et Éric Besson, chargé du développement de l'économie numérique en France, « prennent note des nombreuses contributions reçues à cette consultation publique ».

Aucune conclusion hâtive sur ce dossier sensible : « l'opportunité de l'arrivée d'un éventuel nouvel entrant sur le marché de la téléphonie mobile doit être examinée en parallèle des gains complémentaires qui pourraient, sans attendre, résulter du renforcement des opérateurs virtuels existants, car la faiblesse de ces opérateurs se fait en effet également au détriment des consommateurs et de la baisse des prix », remarque pour l’heure le gouvernement dans une superbe opération d’équilibrisme. En clair : l’arrivée d’un nouvel acteur risque d’affaiblir les acteurs en place et, c’est supposé, la situation des consommateurs.

D'après un rapport récent de Bercy, la présentation de ce marché en mutation était un peu différente : « l'entrée d'un quatrième réseau présente des gains significatifs du point de vue social », les gains pour les consommateurs étant évalués à 1,224 milliard d'euros par an. Ce quatrième opérateur mobile permettrait d'améliorer en outre le taux de pénétration du téléphone portable en France. « L'entrée d'un nouvel opérateur sur un marché se traduit nécessairement par une perte [...] pour les acteurs industriels dans leur ensemble, provenant de la diminution globale de la rente d'oligopole des opérateurs en place. » La perte de 852 millions d'euros par an a ainsi été estimée par Bercy, quand Xavier Niel chiffrait à 1000 euros l’économie pour un foyer de trois abonnés à la téléphonie.

Pour l’avenir, les ministres soumettront leurs orientations à un débat au Parlement qui sera organisé prochainement.
Publiée le 23/09/2008 à 11:42

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;