Le chômage touche 3,5 % des informaticiens en France

Et ils traînent tous sur PCI 316

Après une crise importante au début des années 2000, où les informaticiens ont vu leur taux de chômage tout simplement tripler en un rien de temps, le marché retrouve des couleurs depuis quatre ans maintenant.

sysadmin gateau fete« Le chômage des informaticiens s’établit mi-2008 à un chiffre compris entre 17 476 demandeurs d’emploi en informatique (cat.1) et environ 26 200 (toutes catégories), soit un taux de chômage de la profession compris entre 3,5 % et 5,2 % sur la base de 500 000 informaticiens (sources Dares) », résume ainsi le Munci, le Mouvement pour une Union Nationale et Collégiale des Informaticiens.

Selon le Munci, une grande majorité (75 %) des informaticiens sont cadres, et certains ne comptent certainement pas leurs heures. Le Mouvement tient cependant à rappeler que malgré la relative faiblesse du chômage, il n'y a pas de pénurie de main-d'œuvre.

« Nous connaissons actuellement un marché du travail relativement équilibré (= définition du plein-emploi), à ne pas confondre avec le mythe de la "pénurie d’informaticiens" en langage patronal... et parfois médiatique, comme en l’an 2000 où le taux de chômage sectoriel était d’environ 3 %. Les informaticiens, et tout particulièrement ceux au chômage, sont exaspérés d’entendre parler de "pénurie de main-d’œuvre" dans notre secteur chaque fois que notre marché du travail devient un peu plus tendu... »

Cela ne surprendra personne, une grande majorité (80 %) des informaticiens vivent dans seulement 5 régions en France (sur 22), dont une partie non négligeable en Île-de-France. Pour le Munci, mieux vaut être jeune (moins de 40 ans), avoir fait de longues études (ingénieur ou Bac+4 minimum), « et surtout ne plus être dans la technique (développement, systèmes, réseaux, administrateurs... soit 80 % des postes d’informaticiens !) ».

Enfin, sachez que parmi les demandeurs d'emploi en informatique en juin 2008, soit 17 476 personnes précisément (3,8 % de chômeurs), 86,5 % sont des hommes, et donc 13,5 % des femmes. 6,7 % ont moins de 25 ans. À titre de comparaison, 47 913 personnes cherchaient un emploi dans ce même secteur en janvier 2004, soit 8,7 % de chômeurs. 86 % étaient des hommes, et 11,2 % avaient moins de 25 ans.

Par Nil Sanyas Publiée le 14/08/2008 à 16:12 - Source : Munci
Publicité