La RIAA devra reverser plus de 100 000 $ à Tanya Andersen

Changez de boulot, gagnez des procès contre la RIAA 42

L'histoire d'amour entre Tanya Andersen, maman de 41 ans vivant en Oregon (au nord de la Californie), et la RIAA, la fameuse association défendant l'industrie du disque – principalement connue sur le Web pour ses milliers de plaintes envers les téléchargeurs sur P2P – a semble-t-il pris définitivement fin lundi 28 juillet dernier.

piratesLe procès les opposant, perdu par la RIAA en mai dernier (et démarré il y a trois ans), a ainsi perduré plus longtemps que prévu. La raison ? La RIAA refusait de reverser la somme non négligeable de 107 834 dollars à Madame Andersen en tant que dédommagement, l'association ayant attaqué cette femme sans preuve, qui plus est.

« Elle déclare, en outre, que les pratiques de l’association sont trompeuses et qu’elle se sent aujourd’hui agressée. Elle clame que l’Association a abusé les cours de justice et s’est elle-même chargée d’organiser une vendetta et une campagne publique de menace et d’intimidation », expliquait-on en 2005.

Trois ans plus tard, et malgré l'appel de la RIAA, les 107 834 dollars devront bien être reversés à Tanya, a estimé la justice américaine.

Un nouveau camouflet pour la RIAA, alors que depuis deux ans maintenant, les procès perdus par l'association s'enchaînent à un rythme inquiétant. Sa lutte agressive – outre-Atlantique – contre le téléchargement d'œuvres non libres de droits sur P2P coûte de plus en plus cher. Financièrement, mais aussi médiatiquement...

Publiée le 30/07/2008 à 14:56
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité