Google ouvre au public son encyclopédie Knol

Qu'importe la knol, pourvu qu'on ait l'ivresse 31

S'attaquer à Wikipédia n'est pas une mince affaire. Site parmi les plus visités de la planète, l'encyclopédie libre, de par son concept, a les défauts de ses qualités, son côté "libre" permettant un essor rapide et une réactivité très grande, mais aussi des modifications par des personnes malintentionnées, ou bien peu rigoureuses.

Google KnolGoogle a donc pensé, dès l'année dernière, à proposer une alternative à Wikipédia. Baptisée Knol, cette alternative dispose cependant de nombreuses différences avec la fameuse encyclopédie libre. Web 2.0 oblige, les internautes sont soumis à contribution, non seulement leur implication peut aller au-delà de celle proposée sur Wikipédia (ils peuvent notamment publier de simples conseils), mais de plus, Google supprime le côté collaboratif de son encyclopédie, puisque chaque article a son auteur unique, non anonyme qui plus est. Une différence fondamentale avec Wikipédia donc, qui, selon Google, permettra de multiplier les points de vues sur un même sujet.

Mais les oppositions à Wikipédia ne s'arrêtent pas là. Knol affiche de la publicité, ce qui permet de rétribuer les contributeurs à succès, à l'instar des vidéos stars de YouTube. De quoi pousser les internautes à partager leurs connaissances et rattraper son retard sur l'encyclopédie libre aux plus de 10 millions d'articles et aux dizaines de langues ?

Encore en version bêta, Knol est désormais ouvert à tous. Particulièrement vide à l'heure actuelle, l'encyclopédie made in Google arrivera-t-elle à se faire une place dans le paysage du Web ? Rien n'est moins sûr.

Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, ne s'inquiétait quoi qu'il en soit pas outre mesure à l'époque : « Google fait beaucoup de choses géniales, mais beaucoup de ces choses géniales ne réussissent pas tant que ça ».

Publiée le 24/07/2008 à 11:39
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité