Microsoft lance son offre Online Services pour les entreprises

La nouvelle concurrence des solutions hébergées tout-en-un 31
microsoft logoMicrosoft vient de lancer officiellement une nouvelle offre baptisée « Microsoft Online Services ». Elle s’adresse exclusivement aux entreprises, et ne se destine donc pas aux utilisateurs particuliers. Elle est payante, et offre différents services professionnels dans une fourchette de tarifs qui détermine le nombre de fonctionnalités supportées.

Stephen Elop, président de Microsoft Business Division, et Steve Ballmer, PDG de la société, ont présenté à Houston les grandes caractéristiques de cette nouvelle offre, durant la Worldwide Partner Conference. Elle s’inscrit dans la vision « Software + Services » de l’éditeur, qui consiste à marier les logiciels installés sur les ordinateurs à des services distants les complétant. Quel est le but de cette offre ? Offrir aux entreprises une plateforme distante pouvant présenter les mêmes fonctionnalités qu’une plateforme locale installée sur des serveurs.

Microsoft Online Services : les avantages d'un serveur dédié, mais à distance

Les Online Services sont disponibles dans différentes formules, mais sont centrés sur les mêmes éléments, principalement Exchange et SharePoint. À la différence d’un serveur, ou de plusieurs, qui s’occuperaient dans une entreprise de gérer l’infrastructure de communication, tout le service est déporté vers une plateforme gérée par Microsoft. Selon la taille de l’entreprise, elle est soit mutualisée, soit dédiée quand il faut faire face à au moins 5000 employés.

Par exemple, pour 3 dollars par mois et par utilisateur, une entreprise peut souscrire à l’offre Deskless, qui s’adresse aux employés qui passent peu de temps chaque jour devant un ordinateur mais qui ont besoin de communiquer et de collaborer avec des collègues et des partenaires. Elle intègre Exchange Online Deskless et SharePoint Online Deskless et permet de gérer : les courriers électroniques, les calendriers, les listes d’adresses globales, des filtres antivirus et anti-spam ainsi que l’intégration dans Outlook Web Access Light. De son côté, SharePoint pourra permettre la construction de sites d’équipes ainsi que tout ce qui peut concerner un Intranet. Les caractéristiques suivantes seront également présentes :
  • Boite de 100 Mo (sans capacité additionnelle)
  • Antivirus
  • Anti-spam
  • Accès à la Liste d’accès globale (annuaire d’entreprise)
  • Liste de Contacts personnels
  • Accès SharePoint (accès uniquement, 0 Mo d’espace)
  • Visionneuses Word, Excel et PowerPoint
Pour un abonnement de 15 dollars par mois et par utilisateur, l’offre évolue, bien entendu :
  • Exchange Online pour une messagerie et un calendrier, avec Outlook Web Access et une intégration complète dans Outlook
  • SharePoint Online pour des sites d’équipes personnalisés, pour la recherche d’entreprise, pour la collaboration et les portails
  • Communications Online pour la messagerie instantanée et l’indication de présence
  • Office Live Meeting pour des conférences (audio / vidéo), et partages de documents et d’applications sur le Web
  • Connectivité Client Outlook et Outlook Web Access
  • Mobilité
  • Stockage additionnel
  • Exchange à 1 Go
  • SharePoint à 250 Mo
  • Partage d’applications
  • Fonctionnalités Office Communications Server
Si les tarifs sont donnés en dollars, c’est d’ailleurs parce que l’offre sera lancée dans quelques semaines, mais aux États-Unis seulement. Concernant la partie mobilité, elle concerne notamment le support du « push mail », également présent dans l’offre à 3 dollars. La gestion du « push mail » sera d’ailleurs reprise dans tous les clients susceptibles de la supporter, ce qui inclut notamment l’iPhone 3G. Globalement, tout dépend de l’intégration du client ActiveSync dans le périphérique, car les constructeurs ne l’activent pas tous.

Un bon accueil dans les entreprises et les partenaires

Nous nous sommes entretenus avec Gwénaël Fourré, chef de produit communications unifiées chez Microsoft France. Il nous a ainsi annoncé que « les entreprises et les partenaires ont très bien accueilli l’offre Online Services ». Concernant les partenaires justement : ce sont eux qui vendront l’offre, de manière exclusive. Elle ne peut donc pas être achetée auprès de Microsoft directement. Une entreprise intéressée contacte donc un prestataire qui s’occupe de la mise en place.

À ce sujet, Gwénaël Fourré nous explique que les partenaires recevront bien sûr une commission : « Elle sera de 6 % de la somme totale facturée par une entreprise à ses clients. Elle augmente de 12 % la première année de chaque nouveau contrat. Ainsi, quand un client souscrit à l’offre, 18 % du chiffre réalisé est renvoyé au prestataire, puis 6 % les années suivantes ». Selon Microsoft, la chose est très bien accueillie par les sociétés partenaires. Ce mode de fonctionnement permet un revenu régulier pour les prestataires, ainsi qu’un budget facilement maitrisable pour les entreprises.

Les prochaines versions réduiront l'écart avec l'offre classique sur serveurs dédiés

Il s’agit d’une première version de ces services. Microsoft va continuer à travailler sur son offre pour lui ajouter des fonctions au fur et à mesure. Gwénaël Fourré nous a ainsi rappelé une déclaration récente de Bill Gates selon laquelle une version en ligne de la suite Office pourrait faire son apparition dans le futur. Une manière discrète de signaler qu’un tel ajout trouverait logiquement sa place dans les Online Services. Ces derniers sont d’ailleurs officiellement compatibles avec Internet Explorer 6 et 7, ainsi qu’avec Firefox 2.0. La version 3.0 de ce dernier est en cours de test, et les autres navigateurs sont placés dans la catégorie « futur ».

Enfin, le but de ces services est de se rapprocher autant que possible des possibilités offertes par un véritable serveur dédié au sein de l’entreprise. Par exemple, l’une des fonctionnalités manquantes au sein des services est le support de la messagerie unifiée, avec notamment la téléphonie IP et la gestion des messages vocaux au sein du client email. Les futures versions gommeront ces différences, afin qu’une entreprise puisse choisir des possibilités en ligne égales à celle d’un serveur classique.
Par Vincent Hermann Publiée le 08/07/2008 à 18:00
Publicité