Projet IcedTea : Java est enfin 100 % open source

Des années d'attente pour une infinité d'opportunités 53
Sun JavaDes annonces décidément importantes aujourd'hui. Après que Microsoft a annoncé par la voix d'un de ses directeurs que le format OpenDocument avait gagné, voici que l'environnement de développement Java passe une étape très importante : pour la première fois, une implémentation 100 % open source est disponible et prête à l'emploi.

L'histoire de Java est parsemée de critiques et de manifestations de développeurs qui ont milité pendant longtemps pour qu'il soit libéré. Durant la conférence JavaOne en mai 2006, Sun a fini par annoncer que Java allait passer sous licence GPL. Un an plus tard, le travail avait très bien avancé, et la société a pu lancer l'OpenJDK. À ce moment-là, il restait un obstacle de taille : entre 4 et 5 % du code étaient fermés et n'appartenaient même pas à Sun.

Le travail ne pouvait donc plus avancer sur les mêmes bases, car une libération du code était impossible. La communauté a donc travaillé à créer une version libre qui ne reprenait pas le code. L'initiative IcedTea, lancée par Red Hat en juin 2007, a repris le travail effectué dans le projet GNU Classpath pour parvenir à terme à intégrer OpenJDK dans les distributions Linux, sans requérir à une étape quelconque un code propriétaire.

Or, justement, la dernière version d'OpenJDK, intégrée dans la distribution Fedora 9, a passé le Test Compatibility Kit (TCK) de Java. En clair, cela signifie que cette version d'OpenJDK réagit et fonctionne exactement comme une implémentation complète de Java SE 6, en fournissant toutes les API (interfaces de programmation) nécessaires. En contrepartie, tout le travail effectué pour en arriver là a été publié au sein du projet IcedTea pour que tous les développeurs puissent en profiter.

La conséquence la plus immédiate est que l'on va voir OpenJDK apparaître dans nombre de distributions. Un autre point important, soulevé par Red Hat, est la possible mise en place d'un support direct pour la clientèle. Le code libre peut être exploité pour d'autres opportunités comme l'optimisation des interactions entre Java et certains milieux particuliers comme les environnements virtualisés.

Il faut s'attendre également à voir apparaître d'autres versions de l'environnement dans sa forme libre pour d'autres plateformes, ce qui inclut Windows et Mac OS X.



PS : merci à Gokudomatic ;)
Par Vincent Hermann Publiée le 23/06/2008 à 15:43 - Source : Rich Sharples
Publicité