S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Spam : 230 millions de $ de dommages et intérêts pour MySpace

En verront-ils la couleur ?

Envoyer des courriers électroniques indésirables peut rapporter gros, très gros. Cette activité illégale peut cependant coûter très cher. La prison, à l'instar de Robert Soloway, est la peine la plus communément infligée aux plus gros spammeurs de la planète. Il arrive cependant, parfois, que des dommages et intérêts plus ou moins importants soient prononcés à l'encontre de ces personnes malveillantes.

spamSanford Wallace et Walter Rines, les deux personnes principalement incriminées, devront ainsi payer 230 millions de dollars à MySpace. Une somme record, qui pourrait bien dissuader les actuels et futurs spammeurs.

Le nom de Sanford Wallace ne vous est peut-être pas inconnu. Il s'est en effet malheureusement bâti une réputation en devenant rapidement le roi du spam et du spyware. Il a notamment fait parler de lui il y a quatre ans en étant déjà poursuivi à l'époque par la justice étatsunienne, pour avoir créé des sociétés concevant des spywares. Ces mêmes sociétés étaient qui plus est en étroite relation avec une entreprise d'anti-spyware, afin de toucher une commission pour chaque anti-spyware vendu. Deux ans plus tard, en 2006, Sanford Wallace fut condamné à payer 4 millions de dollars.

Concernant le cas MySpace, Sanford Wallace et Walter Rines ont créé, comme n'importe quel quidam, un compte sur la plateforme, mais ont aussi utilisé d'autres comptes grâce au vol de mots de passe via la célèbre technique du "phishing", ou hameçonnage en français. Suite à quoi nos deux compères ont spammé d'autres membres de MySpace afin de les diriger vers des sites ou des vidéos, tout ceci dans le but de gagner de l'argent, les sites en question proposant aux visiteurs de vendre des sonneries de téléphone portable par exemple.


Au total, 730 000 messages ont été envoyés aux membres de MySpace, la plupart venant de leurs "amis", aux comptes bien évidemment détournés par Sanford Wallace et Walter Rines. Outre le spam, c'est donc l'utilisation frauduleuse de comptes ne leur appartenant pas qui a mené à ces dommages et intérêts aussi importants. Outre les plaintes de plusieurs centaines de membres, MySpace a de plus comptabilisé les coûts engendrés en bande passante par toutes ces activités.

Sanford Wallace et Walter Rines ne sont cependant pas les seuls à avoir abusé de MySpace. Un certain Scott Richter est lui aussi accusé d'avoir subtilisé des mots de passe de comptes MySpace et de spam massif envers les membres de la communauté. Doit-on s'attendre à une autre peine record ?

Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 15/05/2008 à 11:56

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;