S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

OpenSolaris : le projet Indiana devient enfin une réalité

Comme quoi, les projets aboutissent !

opensolarisIl y a trois ans, Sun décidait de créer l’initiative OpenSolaris, pour que le système Solaris lui-même ait un pendant libre et open source. Toutefois, la situation a rapidement évolué, car la communauté souhaitait pouvoir créer une véritable distribution. Est alors né le projet Indiana, qui vient d’accoucher d’OpenSolaris 2008.5, première vraie version d’une distribution très particulière.

Même si l’on parle de distribution, il ne s’agit pas d’un système GNU/Linux, car Solaris est un UNIX. On parle de distribution pour refléter les changements très importants qui sont intervenus au cours du projet dans son ensemble. D’un monolithe, le système s’est vu largement transformer pour refléter davantage une distribution Linux.

De fait, même sur une base d’UNIX, l’environnement est celui de GNOME dans sa version 2.20, et OpenSolaris vient avec l’univers traditionnel de cet environnement, ce qui inclut par exemple :
  • Firefox
  • Thunderbird
  • Evolution
  • Pidgin
  • Ekiga
  • The Gimp
L’utilisateur classique de Linux ne sera pas dépaysé, mais il y a évidemment des différences conséquentes qui font qu’il sera rapidement confronté à des interrogations. La mécanique interne n’est évidemment pas la même, et OpenSolaris vient accompagné de ses propres technologies, à commencer par le système de fichier. Il utilise en effet par défaut ZFS, maintes fois « loué » pour ses performances et son niveau de sécurité qui permet par exemple de créer des jalons sur le système, ou même sur un seul fichier, pour revenir facilement en arrière en cas de mauvaise manipulation.

opensolarisopensolaris

opensolaris

OpenSolaris contient également son propre gestionnaire de paquets nommé Image Packaging System (IPS). Le système contient également les Solaris Containers qui permettent de faire fonctionner des applications dans des environnements virtualisés et sécurisés. Enfin, OpenSolaris intègre l’outil DTrace qui permet de surveiller de près le fonctionnement général du système.

Comme la quasi-totalité des distributions Linux d’aujourd’hui, OpenSolaris est disponible sous la forme d’un Live CD de 686 Mo exactement qui sert à démarrer le système pour ensuite l’installer éventuellement. Par contre, il est important de préciser que seuls les utilisateurs d’un processeur x64 (supportant les instructions AMD64 et EM64T) pourront utiliser OpenSolaris. Les intéressés pourront se procurer l’image ISO (incluant le français) depuis cette page.

On notera qu’à peine disponible, le système a été choisi par Amazon pour une offre particulière nommée Elastic Compute Cloud (EC2), qui permet de louer du temps de calcul. Le tarif s’échelonne de 0,10 à 0,80 dollar par heure, en fonction de la puissance demandée.
Source : OpenSolaris
Publiée le 06/05/2008 à 16:21

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;