Rachat de Yahoo : pour Microsoft, « le temps, c'est de l'argent »

Abba ça alors... 16

Alors que la justice américaine compte regarder de plus près les récents accords entre Google (AdSense) et Yahoo, le feuilleton entre Microsoft et Yahoo continue de plus belle. Il faut dire que le fameux ultimatum, avant l'OPA inamicale de Microsoft, expire samedi prochain. Nous arrivons donc au final d'une histoire qui a officiellement débuté le 1er février dernier.

sebnutt dessin yahoo microsoftL'avis de Microsoft au sujet de Yahoo est cependant troublant. D'un côté, Microsoft se montre menaçant, preuve de son irrépressible envie de croquer Yahoo, peu importe les moyens. De l'autre, Steve Ballmer, à l'instar de Bill Gates, semble ne pas accorder plus d'importance que ça à Yahoo, du moins en partie. Une duplicité qui a de quoi étonner, qui plus est lorsqu'elle est à nouveau entretenue par le patron de Microsoft.

« Nous sommes prêts à aller de l'avant sans une fusion avec Yahoo. Nous pensons que la meilleure façon d'avancer rapidement (et d'obtenir une masse critique face à Google) est de nous allier à Yahoo. Nous espérons que cela marchera. Si ce n'est pas le cas, nous avancerons » a ainsi résumé Steve Ballmer à Milan, jugeant que les bons résultats financiers de Yahoo ne changeront strictement rien à l'approche de Microsoft.

Pourtant, alors que ci-dessus, Steve Ballmer juge que Microsoft peut s'en sortir sans Yahoo dans sa lutte contre Google, d'autres propos peuvent nous laisser penser le contraire :

« Nous savons que Yahoo présente un intérêt pour nous. Nous avons proposé beaucoup d'argent. Si son conseil d'administration pense que c'est équitable, parfait. Dans le cas contraire, nous irons de l'avant. Le temps, c'est de l'argent. Nous avons clairement dit cela dans la dernière lettre que nous avons envoyée. »

Des paroles qui n'ont rien d'anodines.

Publiée le 24/04/2008 à 15:52 - Source : Reuters
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité