Bill Gates veut colmater la fuite des cerveaux aux Etats-Unis

Il ne suffit plus de chercher, il faut trouver ! 120
bill melinda gates warren buffetBill Gates a parlé devant le Congrès américain pour attirer le regard des sénateurs devant une situation que l’ancien architecte en chef de Microsoft juge suffisamment inquiétante. Selon lui, il existe actuellement une fuite des cerveaux et des talents qui affecte déjà la compétitivité des États-Unis sur le terrain de la recherche et des technologies en général.

Trois points principaux ont été abordés. Premièrement, les mathématiques et les sciences devraient avoir une place plus importante dans l’éducation. Pour Gates, les sociétés américaines font désormais face à une véritable pénurie de scientifiques et d’ingénieurs qui sont les seuls à pouvoir créer les technologies innovantes de demain.

Le système éducatif en entier devrait être renfloué par le gouvernement, et Bill Gates a insisté sur la nécessité de traduire dans les faits l’America Creating Opportunities to Meaningfully Promote Excellence in Technology, Education and Science Act (COMPETES Act). Il y a pour l’ancien homme le plus riche du monde des « tendances à inverser, sinon notre avantage compétitif va continuer à s’éroder ».

Deuxièmement, la politique de l’immigration devrait évoluer. Il y a pour Gates une incohérence majeure actuellement dans le fait que les universités américaines sont pour certaines prestigieuses et attirent des jeunes talents du monde entier, mais sans les retenir. Le nombre de cartes vertes attribuées est bien trop faible, notamment dans le secteur de la recherche où les quotas fédéraux sont trop vite atteints. Il faudrait donc :
  1. Augmenter la période pendant laquelle les étudiants étrangers peuvent travailler aux États-Unis après l’obtention de leur diplôme
  2. Augmenter le nombre de visas H-1B délivrés chaque année
  3. Créer une procédure claire pour ceux qui souhaitent s’installer définitivement sur le territoire
  4. Augmenter le nombre de cartes vertes délivrées chaque année
bill gatesDes mesures qui permettraient de réparer un paradoxe qui influe négativement sur la recherche américaine : le gouvernement sponsorise l’éducation des étudiants étrangers, mais ne les retient pas. Il n’y a pas de rentabilisation de ces investissements.

Enfin, le gouvernement devrait revoir à la hausse le budget consacré à la recherche basique. Bill Gates indique ainsi : « Même si nous savons que la recherche basique fait progresser l’économie, les dépenses fédérales effectives dans le domaine n’ont pas cessé de chuter depuis 2005. J’exhorte le Congrès à augmenter le budget de 10 % chaque année pendant sept ans. » Un budget qui permettrait de consolider les progrès de la recherche pour les prochaines générations de chercheurs.

Pour finir, il précise que les sociétés privées à elles seules ne peuvent pas redresser la situation. Une impulsion conséquente du gouvernement fédéral est obligatoire. Le danger est d’autant plus fort que des pays comme la Chine et l’Inde ont un potentiel énorme dans tous les domaines. Il est vrai qu’on peut comprendre l’incohérence d’accueillir des étudiants de ces pays pour les voir ensuite retourner chez eux exploiter leurs connaissances.
Publiée le 13/03/2008 à 16:31 - Source : Microsoft
Publicité