Windows Seven entre les mains du comité américain antitrust

Pas grand chose à voir, et pourtant ! 129
Windows SevenDepuis la décision initiale de la justice américaine en 2002, Microsoft doit travailler obligatoirement avec un comité technique qui surveille les développements de certains produits de l’éditeur. Principale cible : Windows. C’est à ce comité que l’on doit par exemple une modification importante dans le Service Pack 1 de Vista, avec le retrait de la mise en avant du moteur de recherche du système pour que d’autres acteurs, Google en tête, puissent proposer leurs propres modules d’indexation.

Dans un rapport remis récemment par le comité technique, on apprend que Microsoft a envoyé une toute première préversion de Windows Seven pour demander un premier avis. Il s’agit très probablement de la même « build » déjà envoyée à certains partenaires du géant du logiciel, et on peut donc la considérer comme une « pré-alpha », loin, très loin même de ce que sera la version finale.

En fait, le comité essaye d’accélérer la manœuvre et de vérifier autant que possible le code de la version envoyée, car l’existence même du groupe d’experts est sujette à caution. En effet, l’accord convenu depuis 2002 va certainement prendre fin, et la pression exercée par la justice devrait elle aussi s’arrêter, n’en déplaise aux États fédérés qui demandent une reconduite de cette surveillance. Ainsi, tant que le comité existe encore, des tests sont effectués.

Pour l’instant, on sait que ces tests concernent la compatibilité et le bon fonctionnement de certains middlewares. De plus, le comité cherche également à savoir si les décisions prises pour Windows XP et Vista sont bien reconduites dans Seven. Par exemple, le Service Pack 3 de Windows XP et le Service Pack 1 de Vista changent deux comportements dans Outlook Express et dans le système d’aide, où les liens hypertextes ouvraient Internet Explorer en lieu et place du navigateur par défaut.

Quoi qu’il en soit, l’espérance de vie limitée du comité ne risque plus guère d’influencer Microsoft. Il sera intéressant de vérifier le comportement de la société après l’arrêt de la surveillance. Depuis 2002, l’organisation interne de la société a beaucoup évolué, en particulier au cours de l’année dernière. Reste à savoir si cette pression exercée depuis des années aura été assimilée.

Publiée le 13/03/2008 à 11:28 - Source : Information Week
Publicité