Normalisation de l'Open XML : les débats reprennent à l'ISO

Open jusqu'à quel point ? 117
isoDepuis hier, les travaux concernant la standardisation ISO du format de données Open XML ont repris. Réunissant 120 représentants issus de nombreux organismes nationaux de standardisation, comme l’AFNOR en France, le sous-comité technique 34 aura à charge durant toute la semaine de régler les problèmes soulevés la première fois durant la phase initiale du processus.

Statut actuel du format

Pour rappel, le format de Microsoft n’avait pas obtenu son « diplôme » à cause d’un trop grand nombre de problèmes. Plus de 1100 points avaient été soulevés, et il avait été demandé à la firme de Redmond de régler l’ensemble des problèmes pour espérer voir l’Open XML devenir une norme ISO. Au-delà même de cette longue liste de facteurs bloquants, de nombreux pays, dont la France, ont émis de très nombreux commentaires.

Actuellement, l’Open XML est au sein de l’ISO le Draft International Standard 29500 et est bloqué au statut 40.60, c’est-à-dire en attente. S’il passe les examens de cette semaine, son statut passera alors au 40.99, dernière étape avant la norme. Si toutefois il ne réussit pas à convaincre les représentants au cours de la semaine, le statut deviendra 40.98, signifiant que le projet a été supprimé.

L'arrivée d'un élément perturbateur

Le débat est très politisé et oppose plusieurs multinationales. D’un côté, Microsoft tente d’imposer son Open XML car la suite Office qui l’utilise par défaut est la plus grosse source de revenus de l’entreprise. De l’autre côté, nous avons l’ODF, pour OpenDocument Format, qui est déjà une norme ISO et est largement soutenu par des sociétés telles que Sun et IBM.

Et dans un climat déjà tendu, un des défenseurs inconditionnels de l’ODF indique désormais qu’il serait intéressant que le format Open XML devienne bel et bien une norme ISO. Patrick Durusau, qui a participé au processus de standardisation de l’ODF à l’OASIS et à l’ISO, avait écrit le 6 février une lettre dans laquelle il indiquait que l’ISO avait bel et bien joué son rôle en permettant à l’Open XML de s’améliorer.

L'étonnement chez les supporters de l'ODF

Une lettre qui avait provoqué colère et incompréhension chez les supporters de l’ODF, qui souhaitent un seul standard ouvert et open source pour les échanges de données. En réponse, et comme explication, Durusau indique que les deux formats pourraient « co-évoluer », chacun influençant l’autre pour créer une concurrence saine et accélérer chaque développement pour les amener à se dépasser et s’améliorer sans cesse.

Andy Updegrove, avocat de la Linux Foundation, a clairement exprimé son désaccord avec le point de vue de Durusau : « Nous entrons dans une ère où les technologies de l’information vont être à la société ce que de précédentes et très différentes modalités ont été pour les droits humains, de la liberté d’expression et l’accès libre à l’information aux droits civiques et à la liberté de choisir sa religion. Dans ce nouveau monde interconnecté, pratiquement n’importe quelle activité humaine civique, commerciale ou d’expression sera partiellement ou totalement utilisable sur Internet uniquement, sur le Web et les applications qui s’appuient dessus ou s’interfacent avec. »

Ce nouveau monde, selon lui, Internet jouera le rôle d’un égaliseur dans lequel il est important que tout le monde puisse communiquer de manière égale, en décrivant même le concept de droits civiques des technologies de l'information et des communications (ICT). Il ne devrait y avoir pour Updegrove, et dans l’esprit de bien des supporters de l’ODF, qu’un seul format libre et ouvert afin que l’infrastructure elle-même ne soit plus un problème pour ceux qui souhaitent communiquer.

De nouvelles informations seront probablement accessibles dans le courant de la semaine. Même si le sort de l’Open XML se jouera les prochains jours, le résultat final pourrait ne pas être connu avant le mois prochain. 
Par Vincent Hermann Publiée le 26/02/2008 à 10:21 - Source : Multiple
Publicité