Microsoft lance une série de mesures fortes d'interopérabilité

Interop-la-boum ! (I) 120
microsoft researchLe monde change, et la situation de Microsoft aussi. L’univers dans lequel la firme s’est développée évolue désormais rapidement vers un ensemble de technologies interopérables et interconnectées dans lequel le modèle traditionnel de l’éditeur a bien du mal à suivre. En face d’une communauté open source levant le poing contre un « Édouard 1er du logiciel » et une Commission européenne qui plonge son nez dans toutes ses affaires, Microsoft se devait de réagir.

L’éditeur a donc annoncé hier une série de mesures d’une ampleur inégalée pour le géant du logiciel. Lesdites mesures sont réunies autour de quatre thèmes, chacun ayant ses propres conséquences :

Open connections :
  • 30 000 pages de documentation ont été publiées sur MSDN concernant des API qui permettent de communiquer pleinement avec les services Windows. Tant que l’utilisation de ces API n’est pas commerciale, leur utilisation est gratuite.
  • Une page spécifique du site officiel de la firme permettra de vérifier quelles sont les technologies et protocoles couverts par des brevets qui nécessiteront l’achat d’une licence d’utilisation. Cette licence, a promis Steve Ballmer en personne, sera basée sur des termes « raisonnables et non discriminatoires » et proposée à un tarif accessible aux entreprises.
  • Les développeurs de logiciel open source sont désormais assurés de ne pas être poursuivis en cas d’utilisation des technologies documentées, tant que ladite utilisation n’est pas d’ordre commercial. Si tel est le cas, les entreprises concernées pourront acheter la licence d’exploitation. On pense notamment aux sociétés éditrices de distributions GNU/Linux.
Support des standards de l’industrie :
  • Microsoft va documenter la manière dont certains standards sont supportés dans ses produits, en incluant les extensions qui peuvent affecter l’interopérabilité de ces standards avec d’autres implémentations tierces. Cette documentation sera accessible gratuitement et sans aucune licence. Les développeurs pourront donc voir précisément comment Microsoft intègre des standards particuliers et consulter la liste des brevets éventuels qui sont rattachés aux extensions.
Portabilité des données :

  • Microsoft a indiqué que tous ses formats de données seraient maintenant soumis à des organismes de standardisation ou proposés à la communauté des développeurs pour des implémentations indépendantes de ces formats. De nouvelles API seront également mises en place pour permettre aux développeurs d’intégrer de nouveaux formats dans Office 2007, et pour en faire les formats par défaut pour l’enregistrement si l’utilisateur le souhaite.
Un engagement vers l’open source :
  • Microsoft a annoncé qu’elle a multiplié les initiatives de communication avec les acteurs du monde de l’open source. Des conférences, des laboratoires et autres évènements prendront place au sein de l’Open Source Interoperability Initiative, qui proposera également une documentation spéciale à l’adresse des développeurs open source.
vista logoCe sont les quatre piliers des annonces de Microsoft, et c’est Steve Ballmer en personne qui a présenté les grandes lignes de ces changements hier soir durant une conférence. Il était accompagné notamment de Bob Muglia, vice-président de la section « Server and Tools Business » et de Ray Ozzie, l’architecte logiciel en chef, qui a repris le poste de Bill Gates.

Un impact significatif sur les développeurs

Ces mesures sont toutes importantes car elles vont avoir un impact significatif sur l’ensemble du marché et des développeurs, et resteront valables pour les prochaines versions de Windows et Office. Les 30 000 pages de documentation ainsi publiées sont un grand bond en avant dans le partage de l’information, car les API concernées n’étaient jusqu’à présent que réservées aux entreprises qui avaient les moyens d’en payer la licence. Toutes les API ne sont pas pour autant couvertes, et une partie reste soumise à l’achat d’une licence particulière incluant notamment une obligation de secret sur les informations obtenues de cette manière.

linuxCette énorme documentation est l’un des chevaux de bataille de la Commission européenne depuis des années, mais Steve Ballmer a parlé d’attitude « proactive », en allant plus loin que ce que l’Europe et les États-Unis demandent. Cela est vrai, mais d’un certain point de vue. Car si Microsoft déblaye grandement le terrain sur le terrain de l’interopérabilité et de l’accès à ses informations, elle ne change en rien pour le moment son attitude la plus problématique : les liens entre ses applications, et la promotion de ces dernières du fait qu’elles ne peuvent se passer les unes des autres (surtout dans le cas de Windows).

La Commission européenne ne se laisse pas impressionner

C’est dans ce contexte que la Commission européenne a répondu, et elle n’est pas impressionnée par les mesures de la firme de Redmond :

europe« La Commission européenne prend note des annonces d’aujourd’hui faites par Microsoft de son intention de se conformer à un certain nombre de principes afin de promouvoir l’interopérabilité avec quelques-uns de ses produits à très forte parts de marché. Cette annonce n’a pas de lien avec la question de savoir si Microsoft a oui ou non accepté les règles de l’Union européenne dans ce domaine par le passé. Néanmoins, la Commission note que l’annonce d’aujourd’hui suit au moins quatre annonces similaires faites par Microsoft dans le passé sur l’importance de l’interopérabilité. »

Une réaction relativement froide qui place la Commission dans une attente vigilante sur les retombées réelles des annonces faites par le géant. Et même si Microsoft tient parole dans ce domaine (et ce sera vraisemblablement le cas à moins de se couvrir de ridicule après un message aussi fort), ces changements n’affectent pas les faits reprochés par la Commission européenne, en particulier les méthodes de vente liée et l’intégration trop serrée des composants au sein de Windows.

dreamsparkUne date d'annonce très politique

Il ne faut pas oublier non plus que ces changements prennent place, comme par magie, une semaine avant le vote de l’ISO sur la standardisation du format Open XML. Ce vote, qui aura lieu vendredi 29 février, décidera de l’avenir de ce format important pour l’avenir politique et commercial de Microsoft. Mais l’ISO a déjà indiqué que les mesures annoncées hier soir n’avaient pas le moindre impact sur la décision qui doit être prise dans une semaine.

Des mesures nombreuses et importantes donc, qui vont modifier le paysage informatique, mais qui indiquent principalement un changement d’attitude pour le géant du logiciel qui a besoin de plus qu’un lifting du visage. Microsoft prépare son entrée dans l’ère des services informatiques interconnectés, et l’interopérabilité n’est plus ici un faire-valoir, mais une obligation technique.

Il est d’ailleurs amusant de remarquer que ces annonces fortes prennent place quelques jours seulement après le lancement de l’offre DreamSpark, qui permet aux étudiants de télécharger gratuitement des logiciels de développement et de design. Des étudiants gracieusement équipés d’une part, et qui peuvent maintenant accéder à une documentation inédite sur un très grand nombre de technologies Microsoft. Quels que soient les objectifs de Microsoft, il s’agit de l’une des plus belles opérations séduction de son histoire, tout en calmant le jeu en faisant un autre pas vers l’interopérabilité et l’open source.

Il faut maintenant observer et vérifier que Microsoft tient ses promesses d’une part, mais surtout continue sur cette lancée d’autre part. On attend surtout la réaction des concurrents, et en particulier d’IBM, adversaire le plus acharné du géant. Il est toutefois évident maintenant que Microsoft change, résultat de nombreux bouleversements internes et de nouvelles nominations pour les postes clés.
Publiée le 22/02/2008 à 10:55 - Source : Microsoft
Publicité