Texas Instrument : un prototype de téléphone équipé d'Android

Pas de bousculade au portillon pour le moment 24
Lorsque Google a lancé sa plateforme Android pour téléphones mobiles, beaucoup ont songé au poids de la firme et aux conséquences que cela pourrait avoir sur ce nouveau secteur d’activité. Aujourd’hui, il est intéressant de constater que le démarrage est lent, et que les promesses d’intégration des constructeurs ne sont pas légion.

Pendant l’actuel Mobile World Congress de Barcelone, Samsung a cependant promis des produits équipés de la plateforme Android, mais pas avant 2009. Plus intéressant, Texas Instrument a par contre fait la démonstration de deux prototypes, ne serait-ce que pour montrer au public et autres constructeurs qu’il faudrait compter sur un joueur supplémentaire.

texas instrument android

Ce prototype ne porte pas de nom, mais on sait qu’il est basé sur une puce OMAP850 et qu’il dispose de connectivités Wifi et Bluetooth. Concernant la démonstration de l’interface elle-même, il n’y a rien de vraiment nouveau par rapport à la toute première démonstration qui avait été faite. À ceci près, bien sûr, que des milliers de personnes ont pu cette fois voir l’appareil en action. On y retrouve une forte intégration des services Google, avec bien sûr un navigateur et d’autres logiciels.

 

Si les modèles de Texas étaient particulièrement attendus du fait d’une annonce forte de la société en ce sens, d’autres constructeurs ont également présenté des prototypes : NEC, Qualcomm, Marvell, STMicroelectronics ou encore ARM. Ce dernier avait d’ailleurs à cœur que ses puces soient pleinement compatibles avec la plateforme de Google.

Pour autant, il faudra un certain temps avant que Google se fasse un nom dans le secteur, et les géants du domaine ne sont d’ailleurs pas vraiment inquiétés. Nicolas Petit, directeur de la division Mobilité de Microsoft France et interrogé par nos confrères de Silicon, a indiqué : « Je suis un peu sceptique. Si la base d'Android est open-source, chacun pourra ensuite ajouter des couches de personnalisation. Finalement, les interfaces seront différentes et cela posera des problèmes d'implémentation de services. Le coeur est homogène mais ce qui est au-dessus l'est beaucoup moins. Cela revient à faire du Java... Je ne pense pas qu'Android soit en mesure de tenir sa promesse d'homogénéité, or c'est bien ce qu'attendent les opérateurs ».

Quoi qu’il en soit, les habitués des services Google seront probablement intéressés par une plateforme basée entièrement sur l’open source et ouverte aux nouvelles applications. L’intégration poussée de tous les services de la société est un plus indéniable à qui possède au moins un compte Gmail, qui sert de point d’ancrage pour tout le reste, ou presque.
Publiée le 12/02/2008 à 15:38 - Source : Multiple
Publicité