IE8 : trois modes de rendu pour ne pas briser la compatibilité

La vraie fin des multiples versions d'un même site ? 179
IE6 Un billet très intéressant a été posté récemment par Chris Wilson, architecte de la plateforme Internet Explorer, sur le blog consacré au navigateur de Microsoft. Il y résume la situation de ce dernier au travers de ses dernières versions majeures, et parle surtout des choix nécessaires pour l’arrivée de la huitième mouture.

Une histoire chaotique

Pour Wilson, le credo à suivre jusqu’à Internet Explorer 6 était le suivant : ne pas briser le web. Lorsque Internet Explorer a flirté avec les 95 % de parts de marché, chacune des décisions à prendre revêtait une importance cruciale car elle pouvait impacter finalement la quasi-totalité des sites.

Toutefois, la majorité des développeurs et webmasters ont appris à fonctionner avec Internet Explorer 6, et à trouver des moyens de contourner certains éléments. Dans le même temps, les navigateurs alternatifs sont revenus dans une charge brutale pour Microsoft qui n’avait plus de réel concurrent depuis la disparition de Netscape, qu’il avait évincé. Lorsque l’éditeur a travaillé sur Internet Explorer 7, les choix pris à ce moment-là ont conduit à une sorte de schisme.

internet explorer ie7Dans les grandes lignes, les sites importants qui pouvaient se le permettre existaient souvent en deux versions : une pour Internet Explorer, une pour le reste. Mais les mentalités changent, car si les développeurs souhaitaient simplement avant permettre aux utilisateurs d’autres navigateurs de voir le contenu correctement, c’est plus ou moins Internet Explorer lui-même maintenant qui est vu comme un élément inopportun, et la version 7 n’a pas arrangé les choses.

Réalité douce-amère

Car depuis des années, l’ensemble des passe-droits mis en place pour faire fonctionner certaines choses avec Internet Explorer 6 n’ont plus du tout marché avec le 7. Ce dernier a brisé la compatibilité d’un nombre important de sites, et les développeurs ont donc du redévelopper une autre version, le plus souvent spécifique au nouveau venu. Toutefois, un simple remplacement n’était pas possible, car Internet Explorer 6 détenait une part de marché importante. Aujourd’hui, il compte encore pour environ 35 % des visites à l’échelle mondiale.

Pour Microsoft, le message « Ne pas briser le web » s’est transformé en « Ne changez pas ce à quoi les développeurs s’attendent quant à l’interprétation d’Internet Explorer des pages déjà existantes ». Une leçon amère pour Chris Wilson, mais qui a mené aux choix qui ont été pris pour la version 8, actuellement en travaux. Celle-ci devrait être très clairement orientée vers les standards du web avec une compatibilité conséquente avec les recommandations du W3C. Le résultat en a été récemment la démonstration de la réussite du test Acid2 qui, s’il n’est pas la panacée, a le mérite de témoigner du support d’un nombre certain de technologies.

W3CInternet Explorer 8 le sauveur ? Oui mais...

Internet Explorer 8 présentera en fait trois modes de fonctionnement. Le premier sera celui hérité des anciennes versions du navigateur, pour ne pas briser la compatibilité. Le deuxième sera celui d’Internet Explorer 7. Quant au dernier, nouveau, il pourra prendre place par le signalement dans le code, via une balise , que la page peut être interprétée par IE8 comme pleinement compatible avec les recommandations du W3C. Dans ce cas, le navigateur devrait afficher le même résultat qu’avec Firefox par exemple.

Chris Wilson indique que l’objectif est de permettre aux développeurs d’en finir avec les différentes versions du code pour chaque navigateur. Ainsi, lorsqu’un site est créé pour être affiché parfaitement sous Firefox ou Safari, une balise indiquera à Internet Explorer 8 d’utiliser son moteur de rendu le plus récent, afin que le résultat soit identique.

La prochaine version du navigateur de Microsoft devrait être celle qui pourrait permettre une réconciliation entre l’éditeur et les développeurs, mais à une seule condition : qu’elle puisse rapidement être disséminée sur les machines. Et là, on se doute déjà qu’il y aura un problème, car Vista sera évidemment compatible, ainsi éventuellement que Windows XP Service Pack 2 ou 3. Quant aux configurations plus anciennes, elles resteront une fois de plus avec la 5 ou 6, mais il est toujours possible d’utiliser un autre navigateur pour se débarrasser du problème.
Publiée le 23/01/2008 à 11:05 - Source : IEblog
Publicité