Sun investit encore dans l'open source et rachète MySQL AB

Clin d'oeil à Oracle, IBM et Intel 47
sunSun plonge encore un peu plus dans le monde du logiciel libre et donne un sérieux coup d’accélérateur en annonçant le rachat de MySQL AB, l’éditeur suédois du SGBD (système de gestion de bases de données) du même nom.

Ce rachat est très important, car ses retombées seront multiples. MySQL équipe actuellement les plus grands comptes rattachés au web, comme Google, Wikipedia ou Facebook, mais d’autres sociétés telles que Nokia et Toyota lui font également confiance. Ce qui manquait à ce SGBD, c’est l’accès aux très grands comptes, ainsi qu’à une diffusion plus importante, car il reste loin derrière les concurrents que sont Oracle, IBM ou encore Microsoft.

Un investissement majeur pour Sun

Le rachat va coûter à Sun la modique somme d’un milliard de dollars, décomposée comme suit : 800 millions de dollars en cash et 200 millions en actions. Il s’agit de la plus grosse opération de croissance externe réalisée par Sun depuis ses débuts, et la firme attend beaucoup des possibilités offertes par l’intégration de MySQL dans ses activités.

Ces dernières années, Sun s’est immergée dans le monde de l’open source, en suivant une tendance forte présente chez d’autres sociétés comme IBM. Si la suite bureautique libre OpenOffice.org est un bon exemple, il faut aussi compter son implication dans le carré LAMP (Linux, Apache, MySQL, PHP) que l’on retrouve si souvent dans les sociétés du web. Avec le rachat de MySQL, Sun renforce donc sa position de manière logique sur ce marché en pleine croissance.

Du propriétaire vers les plateformes web ouvertes

Du point de vue de MySQL, l’intégration à Sun va ouvrir bien des portes. Premier changement : à travers les partenariats de Sun avec Intel, IBM et Dell, MySQL va être distribué en OEM. Sun compte bien créer une forte synergie avec des produits comme OpenSolaris, GlassFish et l’ensemble de la plateforme Java.

Comme l’explique le PDG de Sun Jonathan Schwartz sur son propre blog, Sun pourra assurer un support mondial plus poussé pour les offres basées sur MySQL. Une position forte qui, selon lui, « accélérera la transition de l’industrie des technologies propriétaires vers le nouveau monde des plateformes web ouvertes ».

Aujourd’hui, MySQL AB est composée de 400 salariés répartis dans 25 pays. Au terme du rachat, les effectifs seront intégrés à ceux de Sun, et le PDG de MySQL, Marten Mickos, sera rattaché à Richard Green qui gère chez Sun la division logicielle.
Publiée le 17/01/2008 à 09:52 - Source : Sun
Publicité