L'Europe enquête sur Internet Explorer et Microsoft Office

Sherlock Holmes, San-Antonio et Hercule Poirot sur le coup 162
L'histoire torride entre Microsoft et la Commission européenne devrait durer encore de nombreuses années. Après avoir définitivement clos leur différend au sujet de Windows Media Player, monnayant 497 millions d'euros, Microsoft pourrait bien sortir à nouveau son portefeuille. La Commission vient en effet d'ouvrir une enquête pour deux cas d'abus de position dominante. Les logiciels incriminés sont cette fois Internet Explorer et la suite Office, principalement. Ces deux enquêtes posent toutes un problème d'abus de position dominante, mais aussi d'interopérabilité.

Internet Explorer : les normes et la concurrence en question

La première enquête n'étonnera personne, dès lors qu'au mois de décembre dernier, Opera, le célèbre navigateur concurrent d'Internet Explorer et Firefox, attaquait officiellement Microsoft. Selon la Commission, la plainte d'Opera pointe du doigt Internet Explorer, ce dernier ne respectant pas les standards de la toile du fait de ses technologies propriétaires, et par voie de conséquence influerait négativement sur les autres navigateurs, qui se retrouveraient dans la situation ambiguë de respecter les normes tout en ayant des problèmes de compatibilités. Un comble, malheureusement classique depuis de nombreuses années.

En sus d'Internet Explorer, l'intégration de Windows Live et de Windows Desktop Search (équivalent de Google Desktop) sera aussi regardée de près par la Commission. Bruxelles enquêtera donc sur une gamme de logiciels, et non Internet Explorer uniquement. À l'époque, Opera demandait tout simplement de séparer Internet Explorer de Windows, ou bien que soit permise la pré-installation de navigateurs tiers. La société norvégienne obtiendra-t-elle gain de cause ? Au vu de la réponse de Microsoft à ce sujet, le seul espoir d'Opera porte désormais exclusivement sur la Commission.

Office : Microsoft jugé pas assez coopératif

office 2007 ultimateL'autre affaire, concernant la suite Office, n'est pas non plus une grande surprise. Amorcée par l'ECIS, l'European Committee for Interoperable Systems au nom parfaitement explicite, cette enquête porte sur le refus de Microsoft de révéler des informations au sujet d'Office, de divers logiciels et du Framework .Net, ceci afin d'améliorer l'interopérabilité entre ces logiciels et ses concurrents.

« L'examen de la Commission se concentrera donc sur tous ces domaines, y compris sur la question de savoir si le nouveau format de fichier de Microsoft Open XML, implanté dans Office, est suffisamment interopérable avec les produits concurrents » explique la Commission européenne.

La Commission précise par ailleurs que « l'ouverture de ces procédures ne signifie pas que la Commission ait la preuve d'une infraction. Cela signifie seulement que la Commission enquêtera sur cette affaire de façon prioritaire ».
Publiée le 15/01/2008 à 09:44 - Source : Commission européenne
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité