Attaquée en diffamation par Free, l'UFC-Que Choisir relaxée

Rain Man 2 211
téléphone durée contratLe fournisseur Free a finalement été débouté de son action intentée contre l'association UFC Que Choisir, celle-ci s'étant vu reconnaître "le bénéfice de la bonne foi". Ainsi en a décidé la 17e chambre correctionnelle de Paris.

Une brutalité inouïe

Le nœud de ce problème tenait dans un communiqué publié par l’association où, pour répondre à « l’exaspération des victimes de Free », elle annonçait une multitude d'actions en justice de particuliers contre Free : « les consommateurs sont dans l'impossibilité de trouver un interlocuteur pour répondre à leurs demandes légitimes » griffait l'UFC avant d'évoquer « l’autisme » de Free face aux tentatives d’arrangements amiables, mais encore « prélèvements forcés », pour le recouvrement de ses créances.

L’avocat de Free considérait « ce communiqué du 15 mai […] d'une brutalité inouïe. Il a claqué dans l'air sans aucun préalable [entraînant] la chute du cours de bourse de Free de près de 12% dans les jours qui ont suivi » avant de contester encore que les chiffres fournis par l'UFC, notamment celui selon lequel le FAI « concentrait plus de 51% des plaintes. »

Arnaque et autisme...

Un internaute en colère avait déjà pu associer Free et le mot « arnaque », terme n’excédant pas « le droit de libre critique, dans la mesure où il émane d'un client s'exprimant, dans le cadre d'un forum de discussion qui contribue à la liberté d'expression, sur la qualité des produits et services fournis par une société avec laquelle il a contracté et a été en litige. »
Par Marc Rees Publiée le 08/12/2007 à 08:54
Publicité