Musique illimitée : You.DJ, dans les pas de Deezer

Bientôt adoubé par Free ? 108
you.dj C’était à parier : l’exemple de Deezer fait des émules. Le site You.dj vient ainsi d’éclore voilà peu pour proposer à son tour un service d’écoute de musique à la demande. Là encore, l’accès est gratuit, illimité et extrêmement simple. « L'idée est de proposer à chaque internaute un site où il puisse écouter toute la musique qu'il désire en haute qualité (192kbits/s minimum) avec toutes les fonctionnalités qu'un lecteur de musique traditionnel sur PC peut offrir » nous confie son auteur, Romain Moyne.

Gestion des playlists, modes de lecteurs, gestion des pochettes et des tags, mais encore tris sur les colonnes, prise en charge des raccourcis claviers tel que le CTRL ou le SHIFT pour les choix multiples, drag & drop d’une liste de lecture à une autre, ou pour ordonner les titres, le site ne manque pas de bonnes idées, même si l’on ressent une légère touche iTunienne dans son interface…

Des MP3 encodés à 192kbits/s

Différence avec Deezer ? Tout le catalogue des mp3 est encodé à 192kbits/s. Au fur et à mesure des envois, « un tri sévère est effectué automatiquement afin de garder seulement les titres de très bonne qualité tant au niveau sonore, qu'au niveau du taggage ID3 ». Des tags modifiables par quiconque. De même, les titres sont tous égalisés au même niveau sonore pour éviter les pics entre morceaux. « Plein de petits détails qui bout à bout, je l'espère, donne un avantage à You.dj sur l'ergonomie du service. »

Autre point : à l’instar de Netvibes, celui qui n’est pas inscrit pourra créer ses playlists et les organiser. Elles ne seront cependant disponibles que sur son PC, via une identification par cookie. L’inscrit lui peut gérer et profiter de sa playlist partout, puisqu’elle est alors déplacée sur son compte en ligne.

Les morceaux sont stockés sur un serveur soit par HTTP soit par FTP. Quelques 11 000 morceaux garnissent la collection (chiffre datant d’une petite semaine) : « un petit glisser-déposer de iTunes vers Filezilla et c'est des centaines de chansons qui peuvent être transférées rapidement. Bien sûr on effectue un tri automatique sur les fichiers que les membres envoient (doublons, qualité sonore, tags corrects), mais si le fichier remplit les conditions, il est inséré sur le site moins de 2 minutes après l'envoi. Il ne faut pas attendre une quelconque obscure validation. »

Une situation juridique très incertaine

Seul hic, et pas des moindres : la question des droits d’usage, qui pourrait justement plonger dans le noir You.dj. « À ce jour, aucun accord n'a encore été signé entre nous, les maisons de disques et la SACEM », qui représente les artistes. « Mais évidemment le but est d'aller les voir le plus rapidement possible pour pérenniser la situation de You.dj. Et puis il y a aussi la question du poids et du rapport de force : difficile d'aller négocier quoi que ce soit si le site n'est pas lancé ou n'a pas encore une audience significative » ajoute son concepteur.

La brèche ouverte par Deezer – qui a eu le feu vert de la SACEM puis de certaines maisons de disque – risque bien de susciter d’autres initiatives de ce genre. La question principale qui se pose est alors simple : pourquoi lui et pas d’autres ?
Publiée le 07/12/2007 à 14:11
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité