S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Canada : le FAI Bell Sympatico admet filtrer les réseaux P2P

Le P2P se prend un coup de Bell

bell limitation P2P Le filtrage du web fait des émules. Le FAI canadien Bell Sympatico a admis faire usage d’une technologie de management du trafic (nom diplomatique pour « filtrage »). Cette gestion volontariste des flux est mise en route pour éviter les engorgements de réseaux lors des pics de fréquentations dans la journée. L’aveu provient d'un responsable technique du FAI en réponse à une série de plaintes d’utilisateurs et spécialement celle de « Speedy » (!) qui ne comprend pas pourquoi sa connexion, montante ou descendante, était limitée à 30 Kb/s.

« Oui, nous sommes en train d’utiliser une gestionnaire de trafic internet afin de restreindre les comptes qui utilisent une large proportion de la bande passante durant les heures de pointe. Les applications qui sont visées concernes : BitTorrent, Gnutella, Limewire, KazaA, eDonkey, eMule, WinMX, etc » note l’administrateur. Un peu plus loin, il précisera vaguement que ces heures de pointe ne sont pas fixées, dépendant simplement des congestions et densités du trafic, sans plus de détails.

Trouver un équilibre équitable ?

« Cette gestion nous permet de trouver un équilibre équitable entre les échanges P2P et les autres applications », afin que tous les utilisateurs puissent profiter de l’expérience du réseau (navigateurs, mails, messagerie instantanée, streaming vidéo, etc.). Cette discrimination positive est contestée. Des commentateurs estiment ainsi que le blocage sélectif des transmissions poursuit tout sauf ce but. Ils soulignent ainsi que le FAI se refuse de donner la moindre information sur ce qui est exactement bloqué et quand, ou sur l’avenir de cette mesure.

Méfiez-vous des limitations

De plus, beaucoup d’abonnés ont souscris à des offres rapides pour profiter des échanges P2P (offres de fichiers illégaux, ou non, Joost, téléphonie gratuite avec Skype, etc.). Selon une récente étude, le P2P représente 50 à 90 % du trafic internet (selon les pays) et le protocole BitTorrent représenterait à lui seul 50 à 75 % du trafic P2P. Ces abonnés se voient du coup confrontés du jour au lendemain à une politique de rigueur qui n’était pas clairement précisée dans leur contrat d’abonnement.

Le précédent Comcast

L’initiative de Bell Sympatico n’est pas unique en son genre. Aux États-Unis, Comcast filtre depuis peu les données « uploadées » sur les réseaux P2P, cassant la logique de l’échange P2P. Pris les doigts dans le pot de confiture, Comcast expliquera dans des termes voisins à Sympatico : « Nous avons la responsabilité de gérer notre réseau afin de veiller à ce que tous nos clients aient la meilleure expérience possible du haut débit. Cela signifie que nous utilisons les technologies les plus récentes pour gérer notre réseau afin d'offrir une expérience de qualité pour tous les abonnés Comcast. »
Source : ars technica
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 06/11/2007 à 09:20

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;