Total Music, la surprenante future offre illimitée d'Universal

L'argent, le beurre, la crémière, toussa 147

neuf musique illimitée auchanUniversal trouvera-t-il enfin sa voix sur internet ? Après avoir refusé de but en blanc la licence globale, après s'être allié à Neuf Cegetel et proposé un service illimité, après avoir lancé Gbox et SpiralFrog outre-Atlantique, après s'être quelque peu éloigné d'iTunes, voilà qu'Universal remet le couvert avec Total Music, une plateforme qui pourrait bien faire du bruit.
 
Comme son nom l'indique, Total Music se veut être une plateforme où sera disponible l'intégralité du catalogue musical de façon illimitée, moyennant un abonnement mensuel de 5 dollars, à l'instar de l'offre de Neuf Cegetel (à 4,99 euros/mois). Mais Total Music ne sera pas une simple plateforme comme les autres.

Gérée par les maisons de disques, à savoir Universal Music Group et potentiellement Sony BMG Music et Warner Music (en discussion), Total Music se veut gratuit envers les consommateurs, du moins en apparence. En effet, le client final n'aura pas à débourser 5 dollars chaque mois à Total Music. Ce "travail" sera "offert" au fabricant de votre baladeur préféré. En somme, le but de Doug Morris, le président d'UMG, est de reporter les frais sur le matériel.

Une logique qui signifie par conséquent une forte augmentation du prix des baladeurs, à hauteur de 60 $ pour l'équivalent d'une année d'abonnement ou 90 $ pour 18 mois, soit la période moyenne de changement de baladeur ou de téléphone portable par les universalconsommateurs. Une idée à demi nouvelle, puisque pour chaque Zune acheté, un dollar est reversé à Universal. A contrario, Apple reçoit une commission de la part des opérateurs téléphoniques pour chaque iPhone vendu.

Reste que ce concept de Doug Morris est pour l'instant bien flou. Tous les grands labels seront-ils de la partie ? Quid des labels indépendants ? Pourra-t-on garder ses morceaux ou cela ressemblera-t-il à de la location "illimitée" limitée dans le temps ? Quel sera l'impact sur le prix des baladeurs ? Quid des DRM ? Comment réagiront les autres plateformes de musique, notamment iTunes et Amazon ?

Des réponses à toutes ces questions devraient nous parvenir d'ici ces prochains mois. À moins que Total Music soit en fin de compte irréalisable.

Publiée le 15/10/2007 à 17:20 - Source : Business Week
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité