S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Les extensions s'ouvrent au monde avec 11 nouvelles langues

Connecting people

icannL'anglais pourrait-il perdre du terrain dans les années à venir ? Très présent sur internet, les internautes non anglophones comprennent bien que par soucis d'uniformité, l'anglais est indispensable pour que tout le monde puisse surfer sur l'intégralité de la toile. Mais depuis de nombreuses années, la grogne monte au sujet des noms de domaine. Alors que les sites intégralement en chinois, japonais, coréen ou arabe sont légion, il reste un détail irritant, et non des moindres, puisque les noms de domaine de ces sites sont romanisés.

L'ICANN (l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l'autorité de régulation du Net, a donc plié sous la pression en testant à partir d'aujourd'hui onze extensions et autant de langages différents, à savoir : le Chinois (simplifié et traditionnel), l'Hindi, le Japonais, le Coréen, le Russe, l'Arabe, le Persan, le Grec, l'Hébreu et le Tamoul. Des langues qui concernent principalement l'Asie et le Moyen-Orient.

Les tests sont pour l'instant limités à une plateforme Wiki, disponible sur le site de l'ICANN. Ce dernier souhaite d'ailleurs que les internautes s'investissent au maximum afin plus tard d'universaliser l'accès aux noms de domaine, alors qu'il est possible depuis 2003 d'utiliser de tels caractères (non ASCII) à l'intérieur des noms de domaine, mais pas leurs extensions.

Langues nom de domaine ICANN
Il faudra dorénavant compter sur 11 nouveaux TLD (Top Level Domain)

« L'outil mis en ligne permettra à chaque internaute de tester localement les caractères multilingues et autorisera la création de pages personnelles identifiées par une URL unique écrite dans l’une des 11 langues choisi par l’ICANN » indiquait jeudi dernier Jason Keenan, le responsable des relations presse de l'ICANN, à notre confrère Domaines Info.

L'ICANN a nommé cette initiative « My Name, My Language, My Internet » (mon nom, ma langue, mon internet), afin de montrer que tout le monde pourra utiliser l'intégralité d'un nom de domaine (et non une petite partie) dans sa propre langue, et pourquoi pas y écrire son nom.

Bien entendu, il sera tout de même possible d'accéder à tous ces nouveaux sites, même si vous ne disposez pas des caractères chinois, japonais ou arabes.

Source : L'ICANN
Publiée le 15/10/2007 à 15:20

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;