Campagne de prévention antipirate sur le campus de Berkeley

Le piratage c'est zut, flûte, crotte ! 38
Après les raids de plaintes successifs menés par la RIAA contre plusieurs campus universitaires américains pour piratage, l'Université de Berkeley prend les devants pour tenter de prévenir le délit.

Campus Berkeley Le problème est que les plaintes contre les campus, qui visent le comportement pirate de certains étudiants en particulier, pose un dilemme juridique de responsabilité assez cornélien. Qui sanctionner ?

À Berkeley, l'une des Universités américaines les plus riches, on prévient les futurs résidents des chambres universitaires. La campagne s'appelle « Learn Before You Burn » (apprenez avant de graver), et explique que si les élèves utilisent des ordinateurs de l'Université pour télécharger de la musique piratée, ils pourraient bien se retrouver sans connexion internet !

La sanction ultime est très claire : l'étudiant pris la main dans le sac verra sa connexion internet coupée, confisquée !

« C'est notre boulot de s'assurer que les étudiants qui vivent dans les résidences comprennent bien les conséquences du partage illégal de fichier. Nous ne voulons pas que les étudiants soient accusés et condamnés à 3000 dollars d'amende en se demandant pourquoi personne ne les a prévenus » explique un des responsables du logement universitaire de Berkeley.

Pour bien convaincre les futurs étudiants pensionnaires, une vidéo leur sera distribuée avec le témoignage d'un ancien étudiant de Berkeley aujourd'hui accusée de piratage. Au total, 16 étudiants de l'Université sont dans le même cas, en procès avec la RIAA pour téléchargement illégal de musique.
Publiée le 17/08/2007 à 11:42
Publicité