Vista Capable : la class action acceptée et pour octobre

Hein ? Capable ? 186
En avril dernier, Diane Kelley déposait une plainte contre Microsoft pour avoir été induite en erreur par l’autocollant « Vista Capable » de son ordinateur portable.

Avant la plainte, Microsoft désignait le terme « Capable » comme apte à faire fonctionner les éléments centraux de Vista, comme les nouvelles capacités de recherche, la stabilité ou encore la sécurité. Les éléments de plus « haut niveau », dans le sens « accessoire », comme l’interface Aero ou le Media Center, requièrent forcément un matériel plus récent, mais c’est surtout la carte graphique qui fait la différence.

vista

Microsoft exprime désormais la situation avec des termes plus précis :

« Un nouvel ordinateur équipé de Windows XP et portant le sigle « Windows Vista Capable » peut faire fonctionner Windows Vista. Toutes les éditions de Vista feront fonctionner les fonctions principales telles que les innovations dans l’organisation et la recherche des informations, la sécurité et la stabilité. Tous les PC estampillés « Vista Capable » pourront faire fonctionner ces fonctions à un niveau minimal.

Plusieurs fonctions disponibles dans les éditions supérieures de Vista, comme l’interface Aero, pourraient requérir du matériel plus avancé ou supplémentaire.
»

La plainte déposée a pris la forme d’une class action à laquelle s’est joint Kenneth Hansen. Bien que Microsoft ait demandé un abandon pur et simple des charges, la juge Marsha Pechman de Seattle a confirmé que la plainte était valable, ce qui donnera lieu à des audiences en octobre.

L’acceptation de la plainte en a surpris plus d’un, tant par le fait qu’elle vise un « leurre publicitaire » que par la vitesse de cette acceptation. Ray Persons, un associé du cabinet d’avocats King & Spalding, indique qu’il est inhabituel que les choses se déroulent de manière aussi rapide. Il est encore plus inhabituel qu’une class action ait été acceptée dans un domaine où chaque plaignant doit généralement expliquer ce qu’il reproche à la défense. Un procédé qui n’est pas vraiment compatible avec la class action.
Par Vincent Hermann Publiée le 10/08/2007 à 10:21 - Source : Information Week
Publicité