Nouveau raid de la RIAA contre 23 universités américaines

Collées en septembre ? 51
riaaUne nouvelle vague de mises en demeure a été envoyée par la RIAA à quelque 23 universités américaines réparties sur tout le pays. En tout, ce ne sont pas moins de 408 courriers qui devront être transmis aux étudiants rattachés à ces établissements, et soupçonnés d’échanges illicites depuis les connexions mises à leur disposition.

Dans ces lettres, il leur est proposé un accord amiable pour éviter de coûteux procès. A cette fin, on se souviendra que la puissante organisation a mis en ligne P2PLawsuits, un guichet en ligne où l’étudiant mis en cause peut en quelques clics régler cette offre transactionnelle à l’aide d’un règlement par chèques, Discover Card, MasterCard, ou carte Visa.

C’est la sixième opération de ce genre lancée par la RIAA pour tenter d’endiguer les échanges illicites dans les milieux universitaires. « Du fait de la période estivale, la RIAA accepte d’étendre le délai de réponse dont dispose le destinataire pour contacter nos représentants afin de trouver un accord. »

Parallèlement, la RIAA indique qu’un examen de la situation de ces universités est en cours au Congrès. Une audition a ainsi eu lieu en juin pour étudier les différents outils permettant d’éviter ou de diminuer les échanges illicites de musiques et de films. « Ces outils économiquement rentables aident les administrateurs de ces universités en protégeant leurs réseaux des virus et des spywares liés à plusieurs services P2P et en libérant une grande quantité de bande passante » vante-t-elle. Et la RIAA de citer une étude de la firme NPD selon laquelle les étudiants ont échangé 1,3 milliard de MP3 contrefait en 2006.

Depuis le début de cette initiative, pas moins de 2 423 demandes de transactions amiables ont été envoyées aux universités américaines. Des demandes parfois risquées. La RIAA a été condamnée voilà peu à rembourser 68 685,23 dollars en frais d’avocat à une jeune femme et sa fille : ayant refusé la transaction proposée, la mère avait exigé la liste des fichiers MP3 qu’on lui reprochait d’avoir échangé. Incapable de répondre, la RIAA se voyait poursuivie pour procédure abusive, avec l’issue que l’on sait.
Par Marc Rees Publiée le 23/07/2007 à 10:12
Publicité