Archives Nationales du Royaume-Uni : Microsoft et ses formats

L'ouverture a des problèmes d'identité 37
office 2007Les Archives Nationales du Royaume-Uni sont actuellement en discussion avec Microsoft à propos de la délicate question des formats utilisés pour la sauvegarde des données. Cette discussion n’est qu’un symptôme d’un débat bien plus large qui concerne la pérennité des données à l’échelle mondiale.

Bien des pays réfléchissent sérieusement au format qui sera utilisé pour la sauvegarde des données administratives. Les bibliothèques et le milieu de la culture sont également concernés car les formats utilisés il y a dix ou vingt ans ont été abandonnés ou sont en passe de l’être. Se pose alors la redoutable question de savoir si les données d’aujourd’hui seront lisibles demain.

Thierry Stoehr, du célèbre site Formats-ouverts.org, résume la situation en indiquant que les Archives et Microsoft ont publié un « Memorandum of Understanding » qui traite de la « la préservation des enregistrements numériques nationaux, passés, présents et futurs ». Il y est soulevé le problème des formats générés par des applications qui ne sont plus en vente, et pour certaines, qui ne sont même plus supportées.

Ce constat, vrai pour l’ensemble des éditeurs dont Microsoft, fait naturellement réfléchir à une manière différente de procéder pour le futur. Natalie Ceeney, Présidente des Archives, indique que la collaboration avec Microsoft doit permettre d’éviter les problèmes rencontrés actuellement. L’une des solutions envisagées serait alors d’utiliser les formats d’Office 2007, bien que l’Open XML ne représente pas dans la pratique d’avantages particuliers face à l’ODF par exemple (OpenDocument Format).

odf Certes les formats basés sur le XML offrent une meilleure accessibilité aux données, mais comme le souligne très justement Thierry Stoehr, un format XML n’est pas nécessairement un format ouvert. L’ODF est par exemple standardisé par l’OASIS, et l’Open XML par l’ECMA International. Ces formats sont donc gérés par des organismes et non pas par des sociétés uniques, avec en plus l’impact conséquent de l’ISO, déjà effectif pour l’ODF et en cours de validation pour l’Open XML. Maintenant, il est toujours possible de débattre de l’ouverture proprement dite de l’OASIS et de l’ECMA, mais le centre du problème ne semble pas être là pour les Archives.

D’après le mémorandum, Virtual PC 2007 pourrait être utilisé pour faire fonctionner les anciens logiciels nécessaires à la lecture des anciens formats. De même, des convertisseurs spécifiques pourraient être développés afin de convertir ces formats vers de nouveaux.
Publiée le 06/07/2007 à 16:55
Publicité