La Linux Foundation a aussi son propre arsenal de brevets

Nouvelle recette de guerre froide 87
stallmanLa guerre des brevets n’aura peut-être pas lieu de manière ouverte, mais les stocks, les défenses et les stratégies d’attaque seront clairement étoffés dans le futur. Les derniers mouvements de Microsoft en la matière ont provoqué de nombreux remous dans le monde du logiciel libre en faisant prendre par les principaux leaders de cet univers, tel Richard Stallman, des positions fortes et sans ambiguïté.

Les propos de Microsoft se résument à ceux de Steve Ballmer. Le PDG de l’éditeur, déjà connu pour certaines déclarations et/ou attitudes « choc », avait indiqué que les logiciels libres violaient 235 brevets de l’entreprise, décomposés comme suit :
  • Kernel Linux : 42 brevets
  • Interfaces : 65 brevets
  • OpenOffice.org : 45 brevets
  • Clients emails : 15 brevets
  • Autres : 68 brevets
Malgré le chiffre étonnamment élevé et la précision de la répartition, Steve Ballmer a utilisé un rapport qui s’est par la suite retourné contre lui. En effet, l’auteur de ce rapport, Dan Ravicher, avait écrit ce document à l’attention des développeurs open source pour leur signifier que certains logiciels pourraient violer plusieurs brevets, et les incitait donc à avancer prudemment et à enquêter le cas échéant.

linux foundation Bien que les assertions de Microsoft soient quelque peu retombées comme un soufflet, le monde de l’open source est resté pour sa part en ébullition, car il ne s’agit pas d’une première. Les assauts répétés de l’éditeur ont conduit notamment Linus Torvalds, père du noyau Linux et Eben Moglen, avocat-conseil de la Free Software Foundation, à critiquer ouvertement le géant du logiciel pour sa politique basée sur le FUD (Fear, Uncertainty and Doubt, « peur, incertitude et doute »).

La Linux Foundation passe aujourd’hui dans un mode contre-offensif puisque son directeur Jim Zemlin prend une position claire :

« Touchez à un membre de la communauté Linux, et vous aurez à faire à nous. Microsoft n’est pas le seul possesseur de brevets, et potentiellement pas le plus grand, concerné dans ce domaine. Certains membres individuels de l’écosystème Linux ont des portefeuilles de brevets significatifs. Les groupes industriels, comme l’Open Innovation Network et nos propres programmes légaux à la Linux Foundation, rassemblent les brevets de nos membres en un arsenal apte à détourner les attaques des prédateurs.

Avec le soutien de nos membres, la Linux Foundation a également créé un fond légal pour défendre les développeurs et les uitilisateurs de logiciels libres contre les attaques malveillantes. Nous n’espérons pas le faire, mais si besoin, nous utiliserons ce fonds pour défendre Linux.
»

La question de l’utilisation des brevets pour se défendre, voire pour contre-attaquer, soulève des questions d’éthique au sein du mouvement open source. Il n’est pas tout à fait dans l’esprit de ce milieu en effet d’en arriver à « utiliser les armes de l’ennemi », surtout quand la GPL (General Public Licence), dans sa version actuelle, est assez floue sur le sujet. Toutefois, la prochaine version de la licence pourrait véritablement permettre un déploiement d’un parapluie en utilisant les brevets.
Par Vincent Hermann Publiée le 28/05/2007 à 12:16 - Source : Business Week
Publicité