Microsoft aimerait de la mémoire ECC dans tous les PC

Il est temps de demander une nouvelle aide de l'État 128
Samsung PRAMSelon des informations publiées maintenant depuis dix-huit mois auprès des constructeurs par Microsoft, les erreurs de mémoire de type « single bit » font désormais partie des dix causes principales de plantages des machines.

Si l’on reste loin d’autres critères comme la qualité des pilotes utilisés sous Windows (responsables à hauteur de 80 % des écrans bleus), les erreurs « single bit » sont désormais significatives au point que Microsoft aimerait voir se répandre les mémoires ECC (error-correcting code) sur le marché. Entre réactions frileuses à cause des coûts engendrés par cette mémoire et la motivation liée à la disparition d’une catégorie de problèmes, l’idée va avoir du chemin à faire.

Les erreurs « single bit » ont des causes multiples. Parmi ces dernières, les neutrons du rayonnement cosmique qui frappe continuellement les composants informatiques, faisant changer parfois l’état d’un transistor. Selon les constructeurs de mémoire toutefois, les mémoires subissent de moins en moins ce type d’interférence, et la source des erreurs est à chercher ailleurs, en particulier du côté des chipsets.

Si l’idée est séduisante sur un plan purement technique, il faut également garder à l’esprit que la mémoire ECC est bien plus onéreuse que son équivalent classique. On trouve la mémoire ECC le plus souvent sur les serveurs, un domaine dans lequel Microsoft a fait pression puisqu’un constructeur ne peut obtenir l’étiquette « Windows Server » que s’il emploie ce type de mémoire.

Dans le monde des machines de bureau et surtout du grand public, introduire la mémoire ECC en plus larges quantités, voire en faire le nouveau standard, ne se fera absolument pas du jour au lendemain.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft émet l’idée, et dans les années 90, la firme avait encouragé les constructeurs à l’adopter en masse, mais en répercutant les coûts le moins possible sur les consommateurs. Bien entendu, à cause de ces mêmes coûts, l’idée n’avait pas rencontré un vaste succès.
Publiée le 21/05/2007 à 13:15 - Source : EETimes
Publicité