Brevets violés : Microsoft interprèterait mal les rapports

Need some googles ? 99
logiciels préinstallésOn sait désormais que les assertions tenues par Microsoft sur le monde de l’open source et les 235 brevets violés ne reposent pas sur des bases bien solides. Après les réactions de Jim Zemlin, directeur exécutif de la Linux Foundation, Linus Torvalds, père du noyau Linux et Eben Moglen, avocat-conseil de la Free Software Foundation, une nouvelle information vient chambouler l’assurance de Microsoft, et en particulier celle de son PDG Steve Ballmer.

Ce dernier s’est en effet servi d’un rapport publié l’été dernier et rédigé par un certain Dan Ravicher. Ce dernier est aujourd’hui manifestement gêné par l’utilisation qui a été faite de son rapport, puisque selon lui, la conclusion en est contraire à ce qu’a pu dire Microsoft. Steve Ballmer s’était en effet appuyé sur ce rapport pour déclarer lors d’une conférence que l’utilisation des brevets devait se payer un jour ou l’autre.

Traduction : le monde de l’open source était en danger. Mais Ravicher, qui a donc rédigé le rapport dont il est question, s’insurge contre une telle conclusion puisque celle de ses écrits est résolument contraire. Il explique :

« L’open source ne fait pas plus face, et sinon moins, aux risques légaux que les logiciels propriétaires. Le marché a besoin de comprendre que l’étude citée par Microsoft prouve en fait le contraire de ce qu’ils disent. »

En fait, quand on sait que Dan Ravicher est le fondateur de la Public Patent Foundation, on peut comprendre que le personnage soit interloqué par l’utilisation faite de son rapport. Il tente de rétablir la vérité en indiquant dans son rapport que divers logiciels open source « pourraient » violer des brevets, et non pas « violent ».
Publiée le 16/05/2007 à 17:43 - Source : The Register
Publicité